Santé/UNICEF : Le lait maternel est le 1er vaccin des nouveaux nés

Banniere CBG

L’Unicef veut convaincre de l’importance vitale pour le nouveau-né de téter dès sa première heure de vie.

Le lait maternel est d’une importance vitale pour l’enfant, un nouveau-né devrait pouvoir en consommer dès la première heure de son existence et connaître sans le moindre délai le contact charnel avec sa maman. Tel est le message que le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) veut faire passer.

L’Unicef publie un rapport à partir d’un ensemble d’études réalisées sur les cinq continents, toutes en faveur de la tétée précoce. Elles montrent que près d’un enfant sur deux, soit 77 millions de bébés à travers le monde, n’est pas mis au sein assez rapidement. Le premier lait ou « colostrum » est très riche en nutriments et en anticorps. Les enfants allaités très rapidement ont de ce fait moins de risques d’être victimes de diarrhées, qui peuvent leur être fatales, et de pathologies respiratoires, en particulier dans les pays en développement.

« Plus la mise au sein est tardive, plus le risque de mortalité augmente lors du premier mois de vie, au moment où l’enfant est le plus vulnérable aux maladies », notent les experts. Chaque minute compte. Le risque de mortalité du nourrisson augmenterait de 41 % lorsque la première tétée est repoussée de deux à vingt-trois heures, de 74 % au-delà de vingt-quatre heures.

« Une question de vie ou de mort »

Les enjeux sanitaires sont énormes. Pendant l’année 2015, la moitié des enfants qui n’ont pas atteint l’âge de 5 ans sont décédés au cours de leur première année. Un allaitement précoce peut être une « question de vie ou de mort », alertent les experts de l’Unicef.

« Si tous les bébés étaient seulement nourris de lait  maternel de leur naissance jusqu’à 6 mois, environ 800 000 vies seraient sauvées chaque année », dit France Beguin, experte en nutrition pour l’Unicef. « Ce lait est le premier vaccin des tout-petits. C’est la première et la meilleure façon de les protéger contre les infections et les maladies », rappelle-t-elle.

Sur la même registre, l’Organisation mondiale de la santé préconise un allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois de l’enfant, puis partiel jusqu’à ses 2 ans. L’Unicef regrette pour sa part que moins de la moitié des petits soient encore au sein à cet âge, une proportion qui ne varie guère depuis 2000.

Source: https://www.sain-et-naturel.com/lait-maternel-premier-vaccin.html

Réagir