Koba/Boffa : Deux usines clandestines fermées par le colonel Tiégboro

Banniere CBG

Dans le district de Koba à plus de 100 km de Conakry, est implanté  le centre Sino-guinéen de coopération pour le développement agricole ‘’SIGUICODA’’. Ce périmètre agricole de 8 hectares s’était distingué il y a des années dans la riziculture. Mais Malheureusement depuis 2007, aucun document officiel n’autorise l’aménagement de ce domaine en raison de la fin du contrat entre les partenaires chinois et la Guinée. Pourtant sur le terrain, les activités sont florissantes. Le site agricole s’est industrialisé au grand dam des autorités locales. En plus de l’élevage des volailles, une usine de fabrication d’anti moustique et une autre pour les jus de fruits fonctionnent  de façon clandestine.

‘’ Tout dernièrement on a réuni les responsables de ses deux usines pour en savoir davantage sur leurs activités mais malheureusement nous n’avons pas eu de réponses satisfaisantes. Le représentant préfectoral de l’environnement est venu ici, il s’est heurté au même problème. Ils disent (les responsables des usines ndlr) que le patron est à Conakry. Donc nous sommes bloqués’’ s’est justifié  Mohamed Lamine Bangoura, maire de commune rurale de Koba

Pour renchérir Lamine Touré, sous préfet de Koba précise.

‘’Aujourd’hui il y a 3 ou 4 ministères qui sont impliqués dans ce dossier : l’agriculture, l’industrie, l’élevage, le commerce et l’environnement. Ils m’ont dit que c’est éphémère l’installation et les documents tout est à conakry. Voilà pourquoi nous sommes limités’’.

Alerté par le département de l’agriculture, propriétaire des lieux, le secrétaire général à la présidence en charge des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé  s’est rendu sur le site de SIGUICODA. Le colonel Tiégboro est surpris de la transformation de ce centre agricole en site industriel. Au sortir d’une rencontre avec les autorités locales et les responsables des 2 sociétés incriminées, des mesures ont été annoncées par secrétaire général des services spéciaux.

‘’Malheureusement ces gens là n’ont aucun document qui les lie à l’Etat. Un compte rendu fidèle sera fait au Ministre d’Etat (secrétaire général à la présidence Kiridi Bangoura et Ministre de l’Agriculture par intérim ndlr) pour que l’information remonte à un niveau de prise de décision pour que des décisions soient prises immédiatement. Pour le moment les coins sont fermés’’

Dès après la fermeture des 2 usines, le Colonel Tiègboro s’est entretenu avec les employés. Les mauvaises conditions de traitement salarial et le manque d’équipements de protection individuelle ont été dénoncés. Des questions sur les quelles, les autorités comptent se pencher avant toute reprise des activités dans ces usines.

 

Réagir