Crise de poisson à Conakry, les femmes crient dans les marchés

Banniere CBG

Depuis l’augmentation du prix du carburant à la pompe le 1er juillet dernier plusieurs produits ont connus une légère hausse sur le marché. Parmi ces aliments de grande consommation, le poisson occupe une place importante, car il est quotidiennement mangé par les guinéens. Dans les débarcadères et même les marchés, pêcheurs, vendeurs et acheteurs chacun se plaint de la cherté de cet aliment indispensable dans la vie du Guinéen. Au marché de Matoto, les femmes vendeuses n’ont pas manquées d’exprimer leur cri de cœur.

’Nous sortons matinalement pour aller chercher le poisson soit à Bonfi ou à Boulbinet. Mais actuellement nous souffrons énormément, car nous ne gagnons pas le poisson, il coute cher et a souvent une mauvaise qualité. Nous demandons aux autorités de la pêche de revoir cette situation’’ a laissé entendre dame Mariama Touré.

A côté d’elle se trouvait madame  Elisabeth Haba venue aussi se procurer du poisson pour son repas du jour. Cette dame de la trentaine s’est empressée à répondre à nos questions. ‘’ Je vous assure mon frère actuellement nous souffrons énormément. La dépense quotidienne qu’on nous donne ne suffit pas. Imaginez si vous avez 30 mille franc par jour comme dépense et un poisson coute 10 mille franc comment vous aller faire? S’interroger-t-elle

Au cours de la réalisation de ce reportage, plusieurs vendeuses ont également fustigé l’exportation des bonnes qualités des poissons guinéens vers l’extérieur. Une situation qui favoriserait la crise sur les marchés locaux. Dans les débarcadères, le repos biologique est l’une des raisons probables de cette augmentation. ‘’ Vous savez, les pêcheurs ne vont pas en mer en ce moment à cause de la forte pluie et le niveau de l’eau, à cela s’ajoute la hausse de certains matériels de pêches a expliqué un pécheur’’.

MLYansané

 

 

Réagir