N’Zerekoré: La société Vallé BSG visé par une plainte en Guinée

Banniere CBG

L’affaire Zogota devient un véritable feuilleton à rebondissements. Six ans après les évènements douloureux qui avaient endeuillés plusieurs familles, de nouveaux éléments refont surface dans ce dossier. L’ONG ‘’Mêmes Droits pour Tous’’ assigne la société Vallé BSG pour son rôle présumé dans ces tueries. Elle a rencontrée ce mercredi 12 aout 2018 les Hommes de médias à Coléah pour faire le point de la situation.

La plainte intentée contre la société Vallé est la 2ème après celle introduite par cette ONG contre les autorités administratives le 23 août 2012. Pour rappel les faits dont il est question remontent à 2012, quand des hommes en uniforme avaient fait irruption dans le district de Zogota.

En rappel, six personnes avaient perdu la vie au cours de l’opération dans la nuit du 3 au 4 août. A cela s’ajoutent de nombreux cas de blessés et des biens saccagés. Un bilan établi par des ONG de défense des droits de l’Homme quelques jours après les douloureux évènements.

‘’Au cours des opérations selon les avocats, la société brésilienne a accompagnée les forces de l’ordre en mettant à leur disposition des engins mais aussi du carburant. Les villageois ont même aperçu les engins de cette société dans le village. Des vidéos et mêmes des témoignages concordants existent à cet effet’’ rappel le commissaire de l’INIDH.

Le départ de la société Vallé BSG de la Guinée n’empêche en aucun cas la société de répondre de ses actes en justice, souligne Maitre Pépé Antoine Lamah en faisant référence au code de procédure pénal. Il revient à la justice guinéenne de tout mettre en œuvre pour que la société brésilienne mise en cause réponde de sa responsabilité pénale, a-t-il conclut.

La première plainte de l’ONG les mêmes droits pour tous avait ciblé les autorités administratives de N’ zérékoré au moment des faits. En réponse le tribunal de la préfecture a en toute sincérité indiqué qu’elle ne pourrait faire comparaitre les personnes incriminées à savoir le préfet le gouverneur le commandant de la police et de la gendarmerie de N’Zérékoré d’alors.

                                                                            MLYansané

.

Réagir