Affaire AVEM Maroc-Guinée : la ministre guinéenne de l’Intégration africaine s’interroge

Banniere CBG

Depuis le 1er novembre 2018,le Maroc impose de nouvelles restrictions de voyage à la Guinée qui était jusqu’ici exemptés de visa. Les ressortissants guinéens doivent désormais obtenir une autorisation de voyage électronique(AVEM) quatre jours avant leur départ.Une démarche qui se fait en ligne.

Cette décision des autorités marocaines entre le Royaume Chérifien et la Guinée,a été une surprise,en raison des liens d’amitié qui ont toujours existé entre ces deux pays.

Ce dimanche, 11 novembre 2018 la ministre guinéenne de la coopération internationale et de l’intégration africaine, s’est prononcée sur la question.

Dr Diéné Keïta, a indiqué que c’est une affaire qui a affecté le gouvernement et que des discussions ont déjà été entreprises pour cerner la situation.

« Nous sommes en relation avec les autorités marocaines pour travailler sur ce sujet. Maintenant, en tant que diplomate et en tant que juriste, il y’a deux aspects qu’il faut prendre en compte. Pourquoi les Marocains ont jugé bon de prendre un acte pareil ? Pourquoi un pays qui aspire à nous rejoindre dans nos organisations sous-régionales et à s’impliquer de plus en plus aussi bien en Guinée que dans la sous-région prendrait un acte pareil ? C’est les deux questions qu’on se pose. Et nous sommes en relation directe avec les autorités marocaines pour la discussion, savoir ce qui se passe et ce qui peut être mis en place pour garder la sérénité et la tradition de très longue durée d’amitié et de fraternité entre les deux pays », a-t-elle assuré.

La Guinée n’est  pas le seul pays concerné par cette mesure,il y’a également le Mali et le Congo- Brazzaville.Selon une source au ministère marocain des Affaires étrangères, c’est une période d’expérimentation pour ces trois pays et il n’est pas encore prévu pour le moment de l’élargir à d’autres pays africains.

Salima Diallo pour oceanguinee.com

Réagir