Salaires non-dégelés des grévistes : « C’est un désagrément que nous regrettons… » Déclare Oumar Tounkara du SLECG

Banniere CBG

Depuis la signature du protocole d’accord qui a abouti à la suspension de la grève du SLECG, le jeudi dernier, les enseignants ne sont toujours pas entrés en possession de leurs salaires dégelés.

Interrogé sur ce sujet dans l’émission ‘’Les Grandes Gueules’’ de la radio Espace FM, ce mercredi 16 janvier, le secrétaire général adjoint du SLECG, explique le pourquoi du retard du paiement des enseignants dont les salaires ont été gelés pour fait de grève. Il assure tout de même le processus du dégel est en cours, appelant ainsi à ne pas ‘’s’inquiéter’’.

« En ce qui concerne le dégel des salaires, il n’y a pas de péril en la demeure. Il n’y a pas à s’inquiéter. Les salaires sont disponibles au niveau du Budget. Mais vous savez, en matière d’argent, chez les financiers, il faut tout une procédure pour que les ayant-droit soient en possession de leur salaire. C’est un désagrément que nous regrettons, mais avec les financiers, il faut aller à leur rythme. Qu’à cela ne tienne, depuis trois jours, ils sont en train de travailler en fonction des listes qui leur sont remontées pour faire la part des choses, afin que chacun reçoive son argent, le plutôt possible, d’ici la fin de la semaine ou le début de la semaine prochaine. De toute façon, le ministère du Budget et toute la chaine des finances sont en train de travailler pour libérer les enseignants. » A tenté de convaincre Oumar Tounkara.

Le syndicaliste de préciser : « Il ne reste plus qu’à finaliser les papiers pour que chacun ait son montant. Parce qu’il y a des  enseignants dont les salaires ont été gelés  pour un mois, d’autres pour deux mois et quelques-uns pour trois mois. Il s’agit de faire le tri pour que chacun soit en possession de son avoir, c’est tout et le travail continue. » A fait savoir l’adjoint du secrétaire général Aboubacar Soumah.

Reste à savoir si dans les jours à venir, ces enseignants entreront en possession de leurs salaires, enfin dégelés.

Réagir