Guinée : en condamnant l’attaque du domicile de sa députée, l’UFR fustige la gouvernance actuelle !

Banniere CBG

C’est une attaque qui relève de la délinquance de l’Etat. C’est de cette manière que Mohamed Tall, le Directeur de cabinet du président de l’Union des Forces Républicaines a condamné jusqu’à la dernière énergie, l’attaque du domicile privé de la députée Aissata Soumah à Boffa par un groupe de jeunes le dimanche dernier. 

A travers son directeur de cabinet, Sidya Touré  déplore que « des petits délinquants autour du Président Alpha Condé, utilisent les moyens de l’État pour s’attaquer aux guinéens simplement parce que ceux-ci refusent une présidence à vie ».

«  S’attaquer au domicile privé de la députée de Boffa comme cela s’est passé, relève de la délinquance d’État. Nous avons des informations sur les instigateurs de cette agression. Ils doivent savoir une chose : les masques finiront bien par tomber et les responsabilités seront situées. C’est facile de se planquer derrière un pouvoir moribond pour nuire aux gens », a indiqué Mohamed Tall dans les médias.

L’UFR de sidya Touré n’a pas manqué de fustiger la gouvernance actuelle du pays. « Je n’ai jamais vu un projet présidentiel être autant contesté que ce fameux projet de troisième mandat. Dix années de gestion patrimoniale du pouvoir sanctionnées par un échec lamentable dans tous les secteurs. Le troisième mandat est une hérésie car l’écrasante majorité des guinéens croupit dans une misère noire. Par de revenus car pas de travail, la corruption touche tous les secteurs de la vie, pas d’électricité, pas d’eau, les hôpitaux sont devenus de véritables antichambres de la mort et j’en passe », s’est insurgé le collaborateur de l’ancien haut representant du chef de l’Etat.

Avec autant d’insuffisances dénonce-t-il, « on ose nous demander de faire durer ce calvaire. Les guinéens restent déterminés et mobilisés pour empêcher le troisième mandat et éviter à la Guinée de reculer sur un des rares plans où on avait connu quelques avancées avant 2010 ».

Thierno Amadou Oury BALDE

 

Réagir