Guinée : pour Fodé Oussou Fofana, << les magistrats doivent demander excuse au patron de la majorité présidentielle

Banniere CBG
C’est une union sacrée qui est enfin créée au sein de l’Assemblée nationale derrière le député du RPG honorable Damaro Camara. Dans ce bras de fer qui opopose le parlementaire aux magistrasts , le vice-président de l’Union des forces démocratiques de guinée à expliqué le refus de l’Assemblée d’acceder à la demande de la levée d’immunité parlementaire de l’honorable Damaro Camara.
Se montrant de plus en plus remonter, les magistrats avaient poussé la torche pour l’éteindre si l’immunité de l’homme farouche du président Alpha Condé n’est pas levée.
Mais pour cette menace, le député Fodé Oussou Fofana indique, « Ils veulent intimider le parlement. Ils envoient un dossiers qu’on n’a même pas examiné et disent que si l’humilité de Damaro n’est pas levée, ils vont aller en grève, mais ils n’ont qu’à aller en grève. S’ils veulent, ils n’ont qu’à aller en grève maintenant jusqu’en décembre », réagit en froid le parlementaire.
Par ailleurs, les magistrats doivent présenter des excuses au patron de la majorité parlementaire. « Ils ont voulu souiller son honneur », a t-il dit. 
<< Nous avons été saisis, nous avons examiné le dossier et lu la plainte. On s’est rendu compte qu’il n’y a rien dedans. cette plainte n’est même pas recevable, parce que ce que Damaro a dit, c’est ce que disent des milliers de personnes à longueur de journée. Les gens n’ont pas confiance en cette justice. Dire que les juges sont corrompus, ce n’est pas un crime. En fait, ils sont corrompus. En plus, on ne peut pas quand même reprocher à un député qui, en tant que député, doit défendre les citoyens… Quand les citoyens viennent nous voir, nous avons le droit de nous lever pour nous renseigner. Si Damaro se lève, il va pour savoir ce que le Sotikémo a fait et qu’il essaye de défendre ce dernier, c’est sont droit le plus absolu. Maintenant, quand on me dit qu’il a fait ombrage à la justice, ça c’est un mea-culpa de la justice, ça prouve que nous ne sommes plus dans un Etat. Dans un Etat normal, un citoyen, quel que soit le pouvoir que tu as, tu ne peux pas aller sortir quelqu’un en prison. C’est une honte. Damaro n’a rien fait, cette justice doit créer la confiance, cette confiance n’existe plus >>, explique t-il 
Abd Akila pour océanguinee.com
Réagir