Guinée/Pas de pitié : l’État jette les citoyens dans la rue en plein coeur du mois de ramadan

Banniere CBG

Les opérations de déguerpissement de bâtiments non loin de la décharge de Dar-es-Salam, dans la commune de Ratoma, ont débuté jeudi 23 mai avec des visages perdus. Plusieurs maisons ont été réduites en bras dans la poussière par des bulldozers du ministre déployés sur le terrain.

Dans la soirée de ce jeudi avant la prière du 19h, ses habitants de ladite localité ne savent plus où se rendre et font tomber des malédictions sur le gouvernement d’Alpha Condé. << Aucun de nous n’a été prévenu. C’est seulement ce matin qu’on nous a informés à la mosquée que nos maisons allaitent être détruites. Je suis marié et père de 4 enfants. Je ne sais plus quoi faire >>, a dit un citoyen dans le micro de notre reporter.

<< J’habite ici depuis plusieurs années. Je n’ai nulle part où aller. Je ne sais pas où je vais dormir avec ma famille. On se retrouve aujourd’hui à sans-abri >>,  indique cet autre citoyen avec un regards impuissant.

Pour cette mère de famille, elle ajoute que : << C’est ce matin qu’on a vu une cinquantaine de pickups de la gendarmerie et de la police venir assiéger le quartier. Ma maison a été détruite, mes enfants sont à l’école. Je ne sais pas quoi leur dire quand ils seront là >>.

Plus loins, cette maman perdue avec de triste ton pointe un doigt accusateur sur les hommes de Baffoé qui pour elle, seraient venus d’eux même pour leur faire sortir de la maison. Pour elle, << c’est les hommes de Baffoé qui sont venus nous bastionnés, et l’autre est venu il à pris un élan pour me frappé. Je suis tombée, et il est venu pour nous dire, vous les gens de Comboss vous avez refuser de quitter ici, mais nous allons tous mettre fin à votre vie >>, témoigne cette dame tout en accusant les hommes de Baffoé.

L’Etat a proposé un montant de 20 millions de francs guinéens comme mesures d’accompagnement à chaque concessionnaire dont la maison sera démolie. Plusieurs victimes assurent n’avoir rien reçu jusque-là.

Abd Akila pour océanguinee.com

Réagir