Déguerpissement des maisons a Comboss : les tristes témoignages d’un jeune sur la mort de sa mère

Banniere CBG

Le déguerpissement de Daresalam a déjà laissé ses traces dans la morosité. Une femme Adama Hawa Diallo, était une veuve âgée d’une trentaine d’années a rendue l’âme. Cette dame avec un regards impuissant qui a vue sa maison piétiné pas des bulldozers, a fait une crise cardiaque après la destruction du bien que son mari a laisser comme héritage, a ton appris sur les lieux. 

A en croire, cette dame était depuis dix ans veuve dans ce foyer avec ses enfants. Vu la vitesse des machines du ministère de la ville et de l’aménagement du territoire, la défunte Hawa Diallo est décédée le vendredi 24 mai 2019, laissant deux enfants derrière elle. 

Assis avec une désolation, le fils de Adama Hawa Diallo se souvient bien des dernières heures de sa mère qui ne reviendra plus. 

Lisez ses témoignages du désormais orphelin de mère et de père dans le micro de notre reporter. 

<< Le choc a rendu ma mère muette. Elle ne pouvait pas parler tellement qu’elle été affectée. Avant de mourir, ma mère m’avait dit de prendre soin de ma petite sœur,  d’être unis avec ma famille et d’apprendre le coran. Elle a dit aussi comme le gouvernement nous a fait cela  de se remettre à  Dieu. J’ai promis à ma maman que je le ferais si Dieu le veut >>.

Se montrant perdu dans ce monde sans sa mère, le jeune âgé de 16 ans se préoccupe de ses études tout en se demandant : comment je vais assurer financièrement mes études ?   

<< J’étais à côté de ma mère quand elle est tombée  malade. Quand le gouvernement a dit qu’ils vont venir faire le déguerpissement le jeudi, sa maladie a recommencé  nous sommes allés à l’hôpital le jeudi,  après on a appris qu’ils ont détruit les maisons ici. Le vendredi à l’aube  ma mère est décédée d’une crise. Quand nous sommes retournés à la maison tout était cassé on n’avait même pas où enterrer ma mère. On l’a enterré à Hamdallaye. Aujourd’hui,  j’ai le souci de mes études et de ma famille. Actuellement on n’a pas où aller on va rester ici >>, se lamente Mamadou Aliou, tout près de leur maison démolie.

 

Non pas seulement le jeune Aliou, mais la mère de la défunte Adama Hawa Diallo est aussi déçue a plus d’un titre. Par ailleurs, cette mère de famille qui n’a pas où aller, témoigne cette triste mort de sa fille.

 << La destruction de nos maisons est la cause de la rechute de la maladie de ma fille. Sinon avant elle vaquait à ses affaires malgré que de temps en temps, elle souffrait du paludisme mais depuis ce problème-là elle a perdu l’élan.   Elle ne savait pas quoi faire parce qu’elle a grandi ici >>, regrette-telle. 

Pas ou partir, ils dorment a la belle étoile. L’État sans pitié, ne pense point a ses familles. Mais le grand frère du feu Adama Hawa lui, il interpelle les autorités guinéennes pour leur secourir. 

<<  Le gouvernement devrait plutôt penser à délocaliser le dépotoir d’ordure au lieu de faire un déguerpissement. Aujourd’hui, nous sommes dans les décombres et nous n’avons nulle part où aller >>. 

Poursuivant notre aventure, un autre père de famille près de la mosquée de Daresalam ne trouve pas seulement devant lui une démolition mais pour lui, dit-il, c’est une haine contre nous les populations de ce quartier.

Pour lui, << le gouvernement devrait nous aider à enlever ces ordures aux côté de notre maison. Mais comme cela ne peut pas être pris en compte, le gouvernement d’Alpha Condé poursuit-il nous a fait sortir de nos maisons avec force pour nous mettre sous la pluie >>. 

Comme c’est aux familles de cette décharge qui sont concernées par cette démolition, des camions viennent tous les jours pour mettre encore des ordures sur cette même décharge.

 

Pour Alpha Oumar Barry, << Alpha Condé est venu en Guinée pour nous faire du mal. 20 millions fait quoi? Cela ne pourra pas nous aider ici en Guinée. Je suis pas content de lui et de son gouvernement, c’est une haine contre nous, nous sommes tous contre cette démolition insiste-t-il, c’est un gouvernement irresponsable qui n’aime pas sa population >>, a dit ce père de famille. 

 

Il faut noter de passage qu’hier nuit, la pluie qui s’est abattue sur Conakry a laisser ses familles dans l’eau. Sur la même lancée, ces familles dorment toujours à la belle étoile. Sans abrits, ils demandent le tout puisant de rendre justice tout en lançant des malédictions sur le Gouvernement d’Alpha Condé. 

Nous y reviendrons pour la suite de notre aventure a comboss. 

Abd Akila pour océanguinee.com 

Réagir