Guinée /Démission de Cheick Sako, referendum constitutionnel en Guinée: Dr Kassory Fofana se fourvoie-t-il ?

Banniere CBG

Alors que la démission de Me Cheick Sako au poste de ministre d’Etat, ministre de la justice, garde des sceaux alimente le débat dans l’arène politico-judiciaire, le premier ministre Dr Kassory Fofanaexplique certaines contrevérités.

En face des hommes de médias ce mercredi 29 mai 2019, le chef du gouvernement a exprimé son désaccord sur les raisons invoquées par le garde des Sceaux dans sa lettre de démission.  

« Cheick Sako, c’est mon ami, mais je ne suis pas d’accord avec lui. Même moi qui vous parle, je n’ai pas vu le document de la nouvelle Constitution à date en tant que chef de Gouvernement »déclaré le premier ministre. 

Pourtant, la lettre de démission du désormais ancien ministre de la justice, garde des sceaux fait état de son opposition à toute modification ou de changement de la constitution. Mais a fustigé le locataire du palais de la Colombe : « je suis étonné de voir ça dans son papier ». 

A en croire Dr Kassory FofanaMe Cheick Sako a démissionné pour des raisons personnelles. C’est pourquoi dit il, j’ai pris acte de sa démission.

S’agissant des rumeurs qui laissent croire que des défections d’autres membres du gouvernement seraient en cours, Dr Ibrahima Kassory Fofana dit n’avoir pas d’information à cet effet

Invoquant les insuffisances de l’actuelle constitution comme ‘‘l’ambigüité’’ de la fonction du Premier ministre sans compter les dispositions transitaires, le  patron de la primature se montre favorable au projet de nouvelle constitution : « sur le référendum, je réponds doublement. Oui en tant que citoyen et oui en tant que Premier ministre ». 

Pour répondre à ses détracteurs qui lui traitent de tous les noms d’oiseau, le chef du gouvernement dira qu’il préfère l’impopularité à l’irresponsabilité pour paraphraser une citation de Georges Pompidou

« Devant l’immensité des défis et les attentes pressantes des populations, il y a un choix devant lequel je n’hésiterai jamais. C’est celui de rester dans le confort de l’inaction ou de courir le risque de s’exposer aux nombreuses hostilités. Comme Georges Pompidou, je préfère l’impopularité à l’irresponsabilité (…). On a vu dans l’histoire, combien il est impossible parfois de rattraper les erreurs liées à l’hésitation, l’irresponsabilité des dirigeants pendant des heures graves de la vie de la nation », a déclaré Dr Ibrahima Kassory Fofana, premier ministre.

Cette synthèse est celle de Thierno Amadou OuryBALDE

 

Réagir