Comité de soutien au Syli National de Guinée : Moustapha Naïté collecte 3 milliards 350 millions GNF auprès des entreprises des TP !

Banniere CBG

Déterminé à accompagner son équipe nationale à la coupe d’Afrique des Nations 2019, le ministre des travaux publics Moustapha Naïté a remis ce lundi 17 juin au comité de soutien au Syli la contribution des entreprises relevant de son département .Il s’agit des chèques d’un montant global de 3 milliards 350 millions GNF.

Selon le chef du département des travaux publics, la cotisation des entreprises de construction des infrastructures routières se subdivise comme suit : «  GUICOPRES S.A : 1 milliard GNF ; GUITER : 350 millions GNF ; HENAN CHINE : 500 millions GNF ; CRBC : 500 millions GNF ; CGC : 500 millions GNF et CBITEC : 500 millions GNF ».

Dirigeant la vice-présidence du comité de soutien au Syli, Moustapha Naïté rassure : « nous avons demandé à d’autres entreprises qui sont dans le secteur routier et qui ne se sont pas manifestées, d’en faire autant. Nous avons tenu à une chose qui est importante, c’est la transparence. Toutes ces entreprises ont fait des chèques au nom du comité de soutien au Syli national, qui a son compte ouvert à la Banque Centrale».

«  Je voudrais lancer un appel qui a déjà été lancé par le président du comité de soutien, interpeller les secteurs tels que les mines, les télécoms, l’industrie, l’hôtellerie et le tourisme, les pêches, d’en faire autant, de demander aux entreprises de contribuer à cette fête nationale », a-t-il lancé

De son côté, le Général Mathurin Bangoura, président du comité de soutien au Syli et gouverneur de la ville de Conakry s’est montré satisfait de l’engagement du département des travaux publics: « la contribution de votre département dépasse notre entendement. Et le message que vous venez de livrer, je vais demander aux médias d’y mettre un accent particulier ».

Face au point de presse que nous avons effectué la dernière fois rappelle-t-il, « il y a un sursaut d’orgueil par rapport à certains ministères qui ont dit que j’étais très violent par rapport au message que j’ai passé, mais ça en valait le coup ».

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir