Guinée/TPI de Dixinn : un jeune élève jugé pour viol sur mineure !

Banniere CBG

Poursuivi pour viol sur une mineure de 14 ans, Mohamed Sylla, élève de profession  a été entendu le mardi 09 juillet par le tribunal criminel de Dixinn, alors qu’il devait se préparer pour affronter son baccalauréat.  

A la barre, l’accusé a nié en bloc les faits qui d’après lui remontent le 24 octobre 2018 au quartier Camayenne dans la commune de Dixinn.

D’après le procureur Sidy Souleymane N’Diaye : « Mohamed Sylla est allé chercher la fille dans son école et ensuite l’a invité de venir voir chez lui. Quand ils arrivés, il lui a présenté sa maman avant de l’inviter d’aller voir sa chambre et abuser d’elle ».

Si pour le parquet, le mis en cause serait allé chercher la fillette dans son école avant d’abuser d’elle dans son domicile,  la défense y voit le contraire.  

Dans sa version, l’accusé précise : « on a grandi ensemble à Dixinn chez mon homonyme. J’ai vécu avec eux pendant 13 ans. Je partais à l’école avec la fille, A.T, et je rentrais avec elle. Mais, je n’ai jamais eu des relations sexuelles avec elle ».

« C’est lorsque son grand père qui est mon homonyme m’a chassé de la concession que je suis parti chez ma mère à la Camayenne où je suis resté pendant 9 mois. C’est après 9 mois que j’ai vu cette fille à côté de chez nous. Elle m’a dit qu’elle est venue se faire coiffer. Une semaine après, les policiers sont venus avec une convocation. Ils m’ont envoyé au commissariat central de Bellevue en disant que j’ai violé A.T. J’ai dit que ce n’est pas moi, et ils m’ont gardé pendant 3 jours », s’est il défendu ajoutant : «Je l’ai considérée comme une sœur et je n’ai pas de chambre. Je passe la nuit avec trois de mes amis à la terrasse de la grande concession ».

Pour renchérir, son avocat maître Emanuel Bamba, a indiqué que son client est victime d’acharnement et rappelant que celui qui a porté plainte dans cette affaire a désisté : « Donc il n’y a pas de partie civile dans cette affaire. Et, c’est un élève qui a été enlevé à son domicile alors qu’il n’a rien fait ».

Face à la demande de mise en liberté provisoire de l’accusé sollicitée par la défense et refusée par le parquet, la juridiction a passé outre et renvoyé le dossier au 22 juillet 2019 pour la comparution de la maman de l’accusé à titre de témoin.

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir