Guinée/Menace de répression des opposants au 3ème mandat : Le FNDC décide de saisir la CPI

Banniere CBG

Les opposants au referendum constitutionnel pour une nouvelle constitution en Guinée réitèrent leur position et ambitionnent saisir dans un bref délai la Cour Pénale Internationale (CPI). Ce, pour alerter cette juridiction internationale sur les menaces de répression proférées par les partisans du putsch constitutionnel disent-ils. Ils lont fait savoir à l’issue d’une réunion ce mardi 1er octobre 2019, au siège de la coordination nationale du  Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC).

Devant les journalistes, Sékou Koundouno, responsable des stratégies et planification du FNDC a livré les décisions prises à l’occasion de la plénière de la plateforme mixte : « Il a été instruit à la coordination nationale du FNDC de procéder sans délai à la transmission d’un courrier à la Cour Pénale Internationale, dans sa section Persécution et Crimes de masse. Comme vous le savez, les tenants du pouvoir de Conakry sont en train de crier sur tous les toits à la répression. Il nous a été demandé de transmettre un courrier à cette section afin qu’elle prenne acte de ce comportement. Et deuxièmement, qu’elle puisse surveiller le comportement des forces de défense et de sécurité ». 

Comme pour paraphraser le chef de file de l’opposition guinéenne, membre du FNDC,  le leader de la Cellule Balai-Citoyen indique : « (….) au niveau du FNDC, l’heure des discours a déjà pris fin ».

« Dans les heures et jours qui suivent, d’importantes décisions d’envergure seront mises à la disposition du souverain peuple de Guinée et la conquête de cette souveraineté sera enclenchée. les leaders se sont accordés à travailler étroitement avec une grande solidarité dans le combat que nous menons actuellement, dans le cadre de la défense de la constitution. Il a été demandé qu’au-lieu que les réunions ne se limitent de façon hebdomadaire, les leaders se retrouveront chaque jour si possible afin d’analyser, de peaufiner toutes stratégies constitutionnelles qui corroborent avec les traités, conventions et nos lois internationales ».

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir