Kouroussa : Le maire de Kiniéro remercie le Chef de l’Etat et formule des doléances

Banniere CBG

Manque d’emploi, manque de personnel notamment au niveau de l’enseignement, dégradation de certaines pistes rurales. Sont entre autre difficultés que vivent les citoyens de la commune rurale de Kiniéro située à 55 kilomètres au nord de la commune urbaine de Kouroussa. C’est pourquoi, le Chef de l’Etat a, dans sa vision de développement de la Guinée, créée l’agence nationale de financement des collectivités (ANAFIC), l’agence nationale d’inclusion économique et sociale (ANIES) etc. Toute chose qui a permis au gouvernement de lancer plusieurs travaux dans toutes les communes du pays.Sans oublier l’activité minière en forte augmentation.Mieux, le gouvernement relance les activités de la mine d’or de Kiniéro. Le ministre des mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba, a signé un accord-cadre avec l’entreprise SLM. Celle-ci, promet d’investir 35 millions de dollars sans oublier plusieurs emplois qui seront créé.

Le maire de Kiniéro, Mohamed Condé, présent à Conakry lors de la signature, exprime sa joie et remercie le Chef de l’Etat.

« J’ai été élu maire de Kiniéro le 16 octobre 2018. Depuis cette date, mon souci majeur était la relance des activités de la mine d’or. En ce sens que, depuis 2014, SEMAFO (société minière de l’Afrique de l’Ouest) a cessé ses activités au grand dam des populations. Je suis comblé de joie avec la relance de cette mine. Je remercie le Chef de l’Etat, Pr. Alpha Condé et son gouvernement pour toute l’attention qu’ils ont pour notre commune », a laissé entendre M. Condé.

Celui-ci envisage des campagnes de sensibilisation auprès des populations dans les 12 districts. Ce, pour expliquer la nécessité de préserver la paix et de régler tout différend par le dialogue. Et surtout faire en sorte que l’entreprise SLM soit bien accueilli et accompagné par les populations de la zone.

Mohamed Condé rappele que sa commune a aussi bénéficié de deux actions financées par l’ANAFIC. Il s’agit de la construction du siège de la mairie et de la construction d’une école primaire dans le district de Bagbè (à 26 kilomètres du centre de la commune rurale). Il précise que les travaux de ces deux actions sont exécutés à hauteur de 90 %.

Le jeune maire plaide auprès de l’Etat pour l’affectation des cadres enseignants dans les écoles de même que des agents santé. Selon lui, sa commune est confrontée à un manque criard de personnel surtout dans le domaine éducatif. Il n’a pas manqué de solliciter le reprofilage des pistes pour le désenclavement des zones de production.

Alhassane Barry

Réagir