Salif Keïta oublie son humiliation : ‹‹ j’avais oublié que l’aéroport n’est pas guinéen, il est français ››

Banniere CBG

Déjà sur le sol guinéen, Salif Keïta se souviendra longtemps de sa venue dans le pays d’Alpha Condé a l’occasion de la célébration de ses cinquantaine d’années dans la culture. L’enfant prodige de Djoliba a été refoulé du salon VIP de l’aéroport de Conakry c’est somme si nous étions dans une colonisation clandestine en Guinée. 

« J’ai eu une petite histoire en Guinée. Je suis parti à l’aéroport. Ce n’est pas moi qui ai voulu partir dans le salon VIP. Après il y a eu quelqu’un qui est venu et qui n’a pas voulu que je rentre dans le salon. On m’a foutu dehors. Ce n’est pas un problème », a expliqué Salif Keïta qui a pointé un doigt accusateur sur la France qui a en charge la gestion de l’aéroport de Conakry.

« J’avais oublié que l’aéroport guinéen n’est pas guinéen, il est français. 99 ans de contrat avec la France », a lancé cette pépite de la culture malienne qui avait catapulté un message clair a IBK, président du Mali, traitant cet autre gérant de la France de petit Macron. 

Pour son éventuel prochain sur la terre guinéenne, l’artiste Malien, Salif Keïta prendra la voie terrestre.

« Je suis fier. Le Président Alpha Condé est entrain de faire une route entre Bamako et Conakry. Je serais fier de découvrir le paysage entre Bamako et Conakry », souligne Salif Keïta qui considère moins son humiliation a l’aéroport de Conakry. 

Akila Soumah pour Oceanguinee.com 

Réagir