La Chine exploite la pandémie de COVID-19 pour se développer en Asie

Banniere CBG

Alors que le reste du monde se préoccupe de la lutte contre la pandémie de coronavirus, la Chine intensifie ses efforts pour étendre son influence dans la mer de Chine méridionale en intimidant ses voisins asiatiques.

L’arrivée du porte-avions chinois Liaoning et de cinq navires de guerre dans la mer de Chine méridionale au début de ce mois a entraîné une augmentation significative des tensions dans la région Asie-Pacifique, alors que Pékin cherche à profiter de la pandémie de coronavirus pour faire jouer ses muscles.

Jusqu’à présent, en avril, on a entendu dire qu’un navire des garde-côtes chinois avait délibérément éperonné et coulé un bateau de pêche vietnamien opérant à proximité des îles Paracel, qui font l’objet d’un litige. Tous les pêcheurs ont survécu et ont été transférés sur deux autres bateaux de pêche vietnamiens opérant à proximité.

L’incident a provoqué une réaction furieuse du gouvernement vietnamien, qui a accusé Pékin de violer sa souveraineté et de menacer la vie de ses pêcheurs. Le Département d’État américain a déclaré qu’il était « sérieusement préoccupé » par l’incident et a appelé Pékin « à rester concentré sur le soutien des efforts internationaux pour combattre la pandémie mondiale, et à cesser d’exploiter la distraction ou la vulnérabilité d’autres États pour étendre ses revendications illégales dans la mer de Chine méridionale ».

Dans d’autres incidents, des navires chinois ont été accusés de harceler des bateaux de pêche indonésiens, ainsi que de filer des bateaux d’exploration pétrolière malaisiens.

Dans le même temps, la Chine a provoqué un conflit diplomatique avec les Philippines suite à la déclaration de Pékin selon laquelle une région sur laquelle Manille revendique la souveraineté en mer de Chine méridionale est un territoire chinois.

Le différend concerne l’annonce récente de la Chine selon laquelle elle a l’intention d’administrer deux groupes d’îles et de récifs litigieux dans la voie navigable. Un district couvre les îles Paracel, et l’autre a juridiction sur les Spratlys, où la Chine a construit un réseau d’îles artificielles fortifiées. Les Philippines sont présentes sur au moins neuf îles et îlots de la région, et s’opposent farouchement aux tentatives chinoises d’étendre leur influence.

Pékin a longtemps revendiqué le contrôle de la mer de Chine méridionale et de ses environs en raison de son importance stratégique en tant que l’une des voies navigables les plus fréquentées du monde. Environ un tiers du transport maritime mondial passe par cette voie et transporte des échanges commerciaux d’une valeur de quelque 3 000 milliards de dollars. En outre, ces eaux abritent des pêcheries lucratives et on pense que d’énormes réserves de pétrole et de gaz se trouvent sous ses fonds marins.

Malgré les préoccupations de l’administration Trump concernant la lutte contre la pandémie de coronavirus, Washington n’est pas prêt à tolérer les actions agressives de la Chine. Trois navires de la Septième flotte américaine, ainsi qu’une frégate australienne, ont réagi en traversant les eaux contestées dans une démonstration de force.

Les dirigeants communistes de la Chine pourraient croire qu’ils peuvent profiter de la pandémie de coronavirus pour intimider leurs voisins asiatiques. Mais cette démonstration de force de la marine américaine devrait rappeler à Pékin quel pays est la véritable puissance militaire dans la région.

 

pour oceanguinee.com

Réagir