Experts : le vaccin à 100 millions d’euros contre le coronavirus de l’université d’Oxford ne fonctionne pas « Tous les singes cobayes ont contracté le virus. »

Banniere CBG

Des scientifiques ont exprimé des doutes quant à la viabilité d’un vaccin contre le coronavirus qui a été soumis à des essais précipités sur l’homme, après que tous les singes utilisés dans les premières batteries de tests ont contracté le coronavirus par la suite.

Le gouvernement britannique a dépensé environ 90 millions de livres sterling (100 millions d’euros) pour la recherche jusqu’à présent, cependant, le Dr William Haseltine, un ancien professeur de l’école de médecine de Harvard, a noté que les singes macaques rhésus qui ont reçu le vaccin se sont avérés avoir la même quantité de virus dans le nez que les singes non vaccinés lors de l’essai.

 

« Tous les singes vaccinés traités avec le vaccin d’Oxford ont été infectés lors de l’essai, » a écrit le Dr Haseltine, ajoutant qu’ »il n’y avait pas de différence dans la quantité d’ARN viral détectée (dans les sécrétions nasales) chez les singes vaccinés par rapport aux animaux non vaccinés ».

« Ce qui veut dire que tous les animaux vaccinés étaient infectés », a ajouté le docteur.

« Il est clair que le vaccin n’a pas procuré d’immunité stérilisante contre le virus challenge, la référence pour tout vaccin, » a également déclaré le Dr Haseltine.

John Ball, professeur de biologie moléculaire à l’université de Nottingham, a déclaré que les résultats du vaccin ChAdOx1 nCov-19 sont « préoccupants ».

« La quantité de génome viral détectée dans le nez des singes vaccinés et non vaccinés était la même et cela est inquiétant ». Ball a écrit.

« Si cela représente un virus infectieux et qu’une chose similaire se produit chez les humains, alors les personnes vaccinées peuvent toujours être infectées et répandre de grandes quantités de virus », a-t-il ajouté, avertissant que « cela pourrait potentiellement se propager à d’autres personnes au sein de la communauté ».

Eleanor Riley, professeure d’immunologie et de maladies infectieuses à l’université d’Edimbourg, a également déclaré que le nombre d’anticorps produits était « insuffisant » pour prévenir l’infection et l’excrétion virale.

« Si des résultats similaires étaient obtenus chez l’homme, le vaccin offrirait probablement une protection partielle contre la maladie chez le receveur mais ne réduirait probablement pas la transmission dans la communauté au sens large », a déclaré Mme Riley.

Alors que les fonds se déversent dans les essais de vaccins, des recherches menées en Californie affirment avoir découvert des anticorps qui peuvent bloquer complètement le COVID-19.

L’entreprise Sorrento Therapeutics, basée à San Diego, a annoncé qu’un anticorps nommé STI-1499 a empêché le coronavirus de pénétrer dans 100 % des cellules humaines saines lors d’expériences en boîtes de Pétri.

L’entreprise a demandé une autorisation d’urgence à la Food and Drug Administration (FDA) américaine, promettant qu’elle pourrait produire jusqu’à 200 000 doses de cet anticorps par mois.

Lors de recherches plus approfondies à la faculté de médecine de l’université de Washington à Seattle, un autre anticorps, appelé S309, s’est avéré cibler efficacement les « protéines de pointe » situées à l’extérieur du coronavirus, qui sont essentielles à l’invasion des cellules humaines.

Dans un communiqué de presse, les chercheurs ont déclaré que des tests en laboratoire ont montré que l’anticorps S309 s’attache aux protéines, les neutralisant.

Il sera intéressant d’observer si le vaccin inefficace ou la recherche sur les anticorps efficaces bénéficieront de plus de fonds à l’avenir.

Aube Digitale

 

pour oceanguinee.com

Réagir