Sondage : un quart des Américains ne sont pas intéressés par un vaccin contre le coronavirus

Banniere CBG

Un sondage Reuters/Ipsos publié jeudi a révélé qu’un quart des Américains ne sont pas intéressés par la prise d’un vaccin contre le coronavirus.

Le sondage révèle que 14% ne sont pas intéressés du tout, et 10% ne sont pas très intéressés par le vaccin.

Cependant, alors que ces 24 % rejettent l’idée, deux tiers, soit 66 %, se disent « très » ou « assez » intéressés par la prise d’un vaccin lorsqu’il sera produit.

Le Dr William Schaffner, expert en maladies infectieuses au centre médical de l’université Vanderbilt à Nashville, a déclaré : « C’est un peu moins que ce que je pensais avec toute l’attention portée à COVID-19 », ajoutant « Je me serais attendu à environ 75 % ».

Le rapport de Reuters note que les experts de la santé estiment qu’ »au moins 70 % des Américains devraient être immunisés par un vaccin ou une infection antérieure pour obtenir ce que l’on appelle « l’immunité collective », lorsqu’un nombre suffisant de personnes sont résistantes à une maladie infectieuse pour empêcher sa propagation ».

Peter Hotez, doyen de l’École nationale de médecine tropicale au Baylor College of Medicine, a fait remarquer « qu’il n’est pas surprenant qu’un pourcentage important d’Américains ne prennent pas le vaccin en raison du terrible message que nous avons reçu, de l’absence de plan de communication autour du vaccin et de ce mouvement anti-vaccin très agressif ».

Le sondage a également révélé que 36 % des personnes interrogées seraient moins disposées à prendre un vaccin si le président Trump déclarait qu’il était sûr, et seulement 14 % ont déclaré qu’elles seraient intéressées.

Il y a une semaine, le président Trump a annoncé le lancement de l’opération « Warp Speed », qui vise à accélérer le développement et la distribution d’un vaccin contre les coronavirus d’ici janvier 2021, en faisant appel à des experts et à des ressources dans les domaines de la science, de la médecine, de l’armée et du secteur privé.

Trump a déclaré que l’armée sera déployée pour distribuer le vaccin, mais a suggéré qu’il restera volontaire, notant qu’il sera destiné à ceux « qui veulent l’obtenir » et que « tout le monde ne voudra pas l’obtenir ».

 

par Aube Digitale pour oceanguinee.com 

Réagir