« Pour parler de la date des prochaines échéances électorales, il faudrait tout d’abord évacuer les questions préjudicielles » Dixit Wattara Aboubacar Sidiki

Banniere CBG

Proposer une date des élections a certes une signification, mais rien de sérieux sans être dans un chronogramme cohérent.

Pour parler de la date des prochaines échéances électorales, il faudrait tout d’abord évacuer les questions préjudicielles, telles que :
– Sur la base de quelle constitution irons-nous à ces élections ?

– Sur la base de quel fichier électoral irons-nous à ces élections?

– Quel est le sort de l’assemblée du rpg ? Une fois ces questions préjudicielles évacuées, ainsi nous pourrons élaborer un chronogramme sur lequel porteront nos commentaires.

Par principe ce n’est pas une mauvaise chose que les élections présidentielles se tiennent en Octobre mais pourrons-nous répondre adéquatement aux questions préjudicielles dont nous avons fait mention plus haut.

Venons-en au décret instruisant le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation de procéder à l’installation des conseils de quartier et de district. Le professeur Alpha Conde et son gouvernement ne respectent pas la loi. Ils n’ont jamais respecté la loi d’ailleurs. Les élections ont eu lieu le 4 février 2018. Les résultats étaient connus en fin février. Il a fallu attendre 8 mois pour installer les exécutifs alors que ceux-ci devaient l’être depuis mars 2018. Maintenant, 2 ans 4 mois après on nous annonce l’installation des conseils de quartiers et de districts. Tout cela intervient un an presque après la décision en la matière de la Cour Suprême, qu’ils (Le prof Alpha Conde et son gouvernement) s’obstinaient à refuser d’appliquer. Tout cela constitue des raisons de plus pour ne pas croire en la sincérité et faisabilité de cette instruction. Une chose reste claire pour nous , nous tendons vers la fin du règne du RPG, il serait mieux pour ses militants, sympathisants et responsables de préparer un autre candidat pour leur parti. Aux militants du Bloc Libéral, nous demandons de resserrer les rangs et de rester mobilisés pour les manifestations qui commencent à partir du 8 juillet 2020 .

Wattara Aboubacar Sidiki. Porte-parole de Dr Faya Millimouno président du bloc libéral.

Réagir