Covid-19 : L’Afrique serait-elle devenue une nation de cobayes pour les occidentaux ?

Banniere CBG

Le sentiment anti-vaccin en Afrique est « le pire que j’aie jamais vu », a déclaré le PDG de l’alliance vaccinale GAVI, Seth Berkley, lors d’une conférence sur le vaccin organisée par l’Union africaine la semaine dernière.

« En général, les Africains connaissent les maladies et veulent se protéger mutuellement », a-t-il déclaré.  » Dans ce cas, le moulin à rumeurs a été dramatique. »

L’essai qui a débuté la semaine dernière à Johannesburg fait partie de celui déjà en cours en Grande-Bretagne du vaccin développé à l’Université d’Oxford. Quelque 2 000 volontaires en Afrique du Sud devraient y participer.

 » Les personnes choisies comme volontaires pour la vaccination, on dirait qu’elles viennent de milieux pauvres, pas assez qualifiées pour comprendre « , a déclaré l’organisateur de la manifestation, Phapano Phasha, à l’Associated Press avant l’événement.  » Nous pensons qu’ils manipulent les personnes vulnérables. »

Le militant et commentateur politique a évoqué les remarques largement diffusées plus tôt cette année par un chercheur français, Jean-Paul Mira, qui a déclaré: « Si je peux être provocateur, ne devrions-nous pas faire cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitements, pas de réanimation?  » Il l’a comparé à certaines études sur le SIDA: » Chez les prostituées, nous essayons des choses parce que nous savons qu’elles sont très exposées et qu’elles ne se protègent pas.  »

 » Le récit que nous avons obtenu est que notre continent est un dépotoir « , a déclaré Phasha. Assurez-vous d’abord que le vaccin fonctionne ailleurs avant de l’apporter en Afrique, a-t-elle ajouté.

Le chercheur français s’est ensuite excusé pour ses commentaires, mais ils continuent de circuler sur les réseaux sociaux parmi ceux qui s’opposent aux tests de vaccins en Afrique.

Le directeur éthiopien de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a qualifié les propos de «racistes» et de « gueule de bois d’une mentalité coloniale ». Le chef des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, John Nkengasong, a qualifié ces propos de «très dégoûtants» et de «condescendants».

« L’Afrique CDC continuera de travailler en étroite collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé pour garantir que seuls des essais cliniques éthiquement et scientifiquement solides pour les vaccins et les thérapies seront menés en Afrique, en utilisant exactement les mêmes normes et principes que ceux employés ailleurs dans le monde », Nkengasong a déclaré dans un communiqué. « Ces principes seront guidés par le respect de la dignité des Africains, la bienfaisance et la non-malfaisance et la justice

Madhi, le professeur en charge de l’essai du vaccin en Afrique du Sud, a déclaré que les volontaires avaient reçu une explication sur l’essai et les risques possibles et devaient ensuite obtenir 80% sur un questionnaire pour participer.

Mais pourquoi ne pas cibler les segments les plus riches de la société sud-africaine? Demanda Phasha.

«Je crois en la science», a-t-elle déclaré. «Et je crois que la science a réussi à résoudre la plupart des problèmes auxquels la société est confrontée. Je ne suis pas contre les vaccinations, je suis contre les profits.»

Salmane Balde pour oceanguinee.com

Réagir