Salam Sow se confie : ‹‹ dans toute ma carrière, je n’ai jamais gagné 10.000 $ ››

Banniere CBG

Dans toute sa carrière footballistique, Salam Sow, l’ancien milieu arrangeur de l’équipe nationale avait fait une bonne prestation dans différents clubs de l’extérieur. Ce joueur, a parlé de son talent et des blessures qui lui fatiguaient.

‹‹ Ce n’est pas parce que j’aimais changer de club. Mais dans la vie, on a besoin d’un entourage sain. Sinon c’est très difficile de s’en sortir. Javait du talent sur le terrain, mais, j’ai souvent été pénalisé par des blessures. A l’époque dans un club occidental, il fallait avoir 2 ou 3 étrangers. Quand tu te blesses, on te met à côté. Mais ce n’est pas par méchanceté, c’est juste du business ››, admet le joueur guinéen.

Dans son histoire, le milieu guinéen affirme que si de nos jours certains footballeurs peuvent avoir des millions par an, Salam Sow dit n’avoir jamais pu obtenir ça dans sa carrière.

‹‹ Durant toute ma carrière, je n’ai jamais gagné 10.000 dollars par mois. Mais il m’arrivait de mettre un peu d’argent de côté parce que j’avais une famille en Guinée. Il fallait subvenir aux besoins de mes proches ››, a-t-il dit.

‹‹ Il faut avoir 80% de chances et 20% de talents pour jouer dans les plus grands clubs du monde. Le talent ne suffit pas, il y a la chance. En Asie, j’ai été le premier africain à avoir joué dans le champion sud-coréen. J’y étais avec le français Stéphane Paye. Au départ, je ne savais pas que j’étais venu pour faire un essai. Après le test, Stéphane m’a dit que c’est moi qui suis retenu ››, a-t-il témoigné sur la télévision sportive Cis-Tv.

‹‹ Je suis resté en Corée du sud durant 6 mois. Ils voulaient renouveler mon contrat en raison de 20.000 dollars par mois, j’ai dit que je ne peux pas vivre dans ce pays où même le jour du match, on pouvait s’entrainer deux à trois heures. Ensuite, on pouvait faire quatre heures de trajet dans un bus pour aller disputer un match. Ça ce n’est pas un monde de pros, j’ai décidé de quitter ››, renchérit Salam Sow.

Dans sa communication, l’ancien joueur de l’équipe nationale déçu, demande à la génération montante dans le football de se faire entourer par de bonnes personnes pour mieux évoluer dans le domaine sportif.

‹‹ Pour être au plus haut niveau, il faut choisir une bonne femme. Pourquoi ?, se pose-t-il la question avant de dire :  ‹‹ La femme chasse les escrocs. Quand tu es seul, tu es vulnérable, il faut avoir une femme qui t’accompagne, tu te confies à elle. Moi, je n’ai pas eu cette chance. Aujourd’hui, des femmes sont à l’origine de la réussite de bon nombre de joueurs guinéens dans leur carrière footballistique ››, a dit l’ancien gloire du football guinéen.

Abd Akila pour Oceanguinee.com

Réagir