Ben Youssouf Keïta au pouvoir d’Alpha Condé : ‹‹ il faut que la démocratie soit respectée, il ne faut pas cracher sur la mémoire de ses gens là ››

Banniere CBG

Alors qu’il reste quelques jours pour la manifestation du FNDC, un responsable de l’UFDG, Ben Youssouf Keïta s’est cette fois-ci, retrouve dans le collimateur du pouvoir.

A son domicile malgré qu’ils lui ont porté absent, cet ancien député a vu sa maison entourée par des hommes armés venus à bord de plusieurs pickups vendredi, 17 juillet 2020, a-t-il dit dans un entretien téléphonique à notre rédaction a travers un de nos reporters.

Alors qu’une protestation de rue pointe à l’horizon, certains hommes farouches du FNDC sont convoqués par les services de la police pour ‹‹ troubles à l’État ›› et d’autres ‹‹ à l’ordre public ››, il s’agit bien du député Ben Youssouf Keïta, un autre homme politique de l’UFDG de Cellou Dalein Diallo, qui figure désormais sur la liste des convoqués, sa seule chance était de ne l’avoir pas trouvé sur place, sinon il se ferait arrêté ce même jour dit-il . 

« J’ai reçu la visite des cinq pickups qui voulaient m’arrêter. Heureusement, je n’étais pas à la maison. Ils ont laissé la plainte à ma famille. J’ai remis la plainte à mon avocat et le lundi je vais aller répondre », a-t-il confié à notre reporter.

Comme tout autre responsable de cette structure, Ben Youssouf aussi qui n’arrive plus à comprendre cette prononciation de droit en Guinée qui ‹‹ parle d’un troubles a l’État ››.

« Mais tout ça c’est pour décapiter les mouvements de protestation contre le troisième mandat prévus le lundi 20 juillet. Je ne suis pas le seul visé car parait-il qu’ils ont été chez Ibrahima Diallo, Sékou Koundouno et d’autres personnalités influentes de l’opposition qu’ils veulent en ce moment neutraliser », à ajouté l’opposant du régime Condé. 

D’ailleurs, pour se mettre devant sa responsabilité, Ben Youssouf Keïta pour sortir disent-ils les opposants, ‹‹ sortir le pays dans cette forfaiture et dictature d’un clan ››, prévient avec courage qu’il ne reculera pas dans le combat pour la démocratie en Guinée. 

« C’est le combat pour la démocratie, je n’ai pas fait un coup d’Etat ni organiser une rébellion et je n’ai pas manqué du respect au chef de l’Etat. Je suis un démocrate parce qu’il y a des guinéens qui ont offert leurs vies au temps de Lansana Conté, lors des évènements de janvier et février 2007 pour la démocratie. Au temps de Dadis au stade de 28 septembre 2009, beaucoup de guinéens ont donné leurs vies pour la démocratie. Monsieur Alpha Condé a bénéficié de cela. Alors il faut que la démocratie soit respectée. Il ne faut pas cracher sur la mémoire de ces gens-là », dit-il avec insistance cet ancien député. 

Pour un rappel, dans la journée d’hier à Conakry, certains leaders de ce mouvement ont reçu de visites d’agents cagoulés à leurs domiciles. La seule chance à chaude trouvée, était qu’ils n’étaient pas à leurs domiciles respectifs, a-t-on appris. 

Abd Akila pour Oceanguinee.com 

Réagir