Opposition des tenanciers après la décision du préfet de N’zerekore de fermer les bars et maquis…

Banniere CBG

Le préfet de Nzerekore droit dans sa volonté d’appliquer les décisions du chefs de l’état dans le cadre du respect des mesures sanitaires contre le covid-19, a invité hier samedi les tenanciers des bars et maquis de sa sur conscription.

Monsieur Sâa Yola Tolno (préfet de N’zerekore a annoncé lors de cette rencontre, la fermeture immédiate des lieux de loisirs notamment, les bars et maquis conformément «aux mesures sanitaires contre la COVID-19». Une mesure non appréciée par les tenanciers.

Après concertation, ces responsables (tenanciers) des lieux de loisirs ont plaidé le préfet pour que la mesure entre en vigueur après le 20 août afin de se faire quelques recettes tout en respectant les mesures sanitaires. Mais le préfet leur a opposé une fin de non recevoir.

Ci-dessous la déclaration d’un des responsables d’un maquis après le refus du préfet à leur requête :

« On préfère partir tous en prison que d’obéir à une décision qu’on ne peut atténuer. S’il nous à invité à une réunion, on devrait trouver un terrain d’entente. Mais il n’a pas voulu écouter nos propositions. C’est une mauvaise nouvelle qu’il a annoncé et on ne peutpas se soumettre comme ça parce qu’on traverse un moment difficile. On peut limiter le nombre de clients et espacer les chaises, bref faire respecter les mesures barrières. Mais à cette allure, c’est pas possible » 

Pour ces responsables des bars et maquis, le préfet devrait d’abord commencer la mise en application d’une telle mesure par les marchés d’abord. En tout cas ils ne comptent pas se soumettre à cette décision.

Alas Toure

Réagir