Crise au Mali : les français demandent le retrait de l’armée française dans la zone

Banniere CBG
Aucune surprise n’est gagnante et c’était d’ailleurs connu de tous. Après le coup de force du Mardi 18 août au Mali, les réactions sont suivies dans tous les pays comme la France et d’autres pays appartenant à la CEDEAO. Les Français ont aussi été nombreux à réagir pour réclamer le retour de leurs soldats, déployés dans le cadre de l’opération ‘’Barkhane’’, pour lutter contre les mouvements djihadistes.
La quasi-totalité des centaines de commentaires postés au bas de l’article, abondaient dans le sens d’un retrait de l’engagement militaire de la France, aux côtés de son partenaire Sahélien. L’un des internautes estimait d’ailleurs, ‘’très bien’’, ce coup de force, poursuit-t-il, ‹‹ ainsi, nos soldats vont pouvoir rentrer en France ››.
Même son de cloche pour un autre internaute Français, pour qui, ‘’il faut changer de stratégie’’, face au sacrifice des soldats Français, tués ‘’non pas pour la France, mais pour défendre les intérêts des copains de Macron’’. Autre commentaire à réclamer un retrait des soldats Français engagés dans la sécurisation du Mali, celui de cet internaute pour qui, ‹‹ Notre armée devrait protéger nos frontières de l’invasion migratoire. et ‘’désarmer les délinquants de nos villes ››, a-t-on vu chez nos confrères.
Sans sortir des sentiers battus, un autre internaute livre cette analyse pour la moins pertinente de la situation que vit le Mali : ‹‹ Voila encore une conséquence du printemps arabe, la chute libyenne a entraînée une série de domino qui se fait encore sentir aujourd’hui … Si les pays africains qui accueillent l’armée française ne sont pas à l’abri de coup d’état, alors ça n’est pas la peine d’offrir notre aide !’’. Ceci avant de lancer cet appel : ‘’Rentrons chez nous’’. Le Mali traverse une période d’instabilité chronique depuis la chute de l’ex-Président, Amadou Toumani Touré en 2012, suite à laquelle, le climat sécuritaire dans ce pays Sahélien, s’est littéralement effrité, soumettant une partie du territoire national au diktat des hordes islamistes ››, disent d’ailleurs les internautes.
L’Afrique avec une histoire macabre, amène de suspense sur la traversée du Somali, un autre cas qui se lance dans le pays des maliens qui déjà demandé le départ de leur président en lui forçant a travers l’aide de l’armée de quitter le pouvoir.
Abd Akila pour Oceanguinee.com
Réagir