Le pape est devenu le « prisonnier du Vatican » du XXIème siècle…

Banniere CBG

ROME (AP) – Le jour de mars où l’Italie a enregistré son plus grand nombre de décès dus au coronavirus, le pape François est sorti de son isolement pour offrir une prière et un appel extraordinaires à ses fidèles afin qu’ils réévaluent leurs priorités, arguant que le virus avait prouvé qu’ils avaient besoin les uns des autres.

Les paroles de François, prononcées sur la promenade de la Basilique Saint-Pierre, ont résumé les messages essentiels qu’il a mis en avant au cours de ses sept années de pontificat : la solidarité, la justice sociale et la prise en charge des plus vulnérables.

Mais ce moment dramatique a également souligné à quel point le pape s’était isolé pendant l’urgence du COVID-19 et une saison soutenue d’opposition de la part de ses critiques conservateurs : Il était complètement seul face à un ennemi invisible, prêchant sur une place vide et obsédante.

Pendant la crise du virus, François est devenu un « prisonnier du Vatican » du XXIème siècle, comme l’appelait un de ses prédécesseurs, dépouillé des foules, des voyages à l’étranger et des visites aux périphéries qui définissaient et popularisaient tant sa papauté. Cette semaine, il reprendra le contact physique avec son troupeau avec des audiences générales du mercredi, mais les réunions auront lieu dans une cour intérieure du Vatican devant une foule limitée plutôt que sur la vaste place Saint-Pierre.

Après les semaines durant lesquelles l’Italie a maîtrisé le virus, le nombre de cas dans le pays est en train de rebondir – plus de 1 000 nouvelles infections par jour – et on ne sait donc pas quand ni comment des rassemblements publics et des voyages plus ambitieux pourraient revenir.

Que signifie tout cela pour un pape globe-trotter de 83 ans et son ministère auprès de l’Église catholique, qui compte 1,2 milliard de membres ?

Alberto Melloni, un historien de l’Eglise habituellement sympathique à François, a déclaré que la pandémie a marqué le début de la fin du pontificat de François. Dans un récent essai, il a affirmé que les tensions qui avaient pénétré dans toute la papauté sont remontées à la surface pendant le confinement et ne s’estomperont pas même après que le COVID-19 aura été dompté.

« Dans chaque papauté, il y a un point historique après lequel commence la phase finale, qui peut durer des années », a écrit Melloni. Pour François, « ce point était la pandémie et sa solitude avant le virus ».

Le biographe du pape Austen Ivereigh a confirmé que la pandémie était en effet « un moment avant et après » pour la papauté et l’humanité elle-même. Mais il a contesté l’isolement de François et a déclaré que la crise lui avait offert une occasion inattendue de donner des conseils spirituels à un monde dans le besoin.

La pandémie, a-t-il dit dans une interview, a donné « un tout nouvel élan à la papauté » pour doubler son message principal, articulé de manière très complète dans l’encyclique de François « Loué soit-il » de 2015. Dans ce document, François demande aux dirigeants politiques de corriger les inégalités structurelles « perverses » de l’économie mondiale qui ont transformé la Terre en un « immense tas de saleté ».

« Il est convaincu qu’il s’agit d’un tournant et que ce que l’Eglise peut offrir à l’humanité pourrait être très utile », a déclaré Ivereigh. « Il est convaincu que … dans une crise, et une crise majeure comme une guerre ou une pandémie, soit on s’en sort mieux, soit on s’en sort moins bien ».

Il y a des rumeurs selon lesquelles François écrit une nouvelle encyclique pour le monde post-COVID-19, mais pour l’instant une partie essentielle de son message est incarnée par une commission du Vatican qui aide les dirigeants des églises locales à s’assurer que les besoins des plus pauvres sont satisfaits maintenant et après que l’urgence s’estompe.

La commission apporte une aide concrète – chaque mois environ, le Vatican annonce une nouvelle livraison de ventilateurs à un pays en développement – ainsi que des recommandations politiques sur la manière dont les gouvernements et les institutions peuvent repenser les structures économiques, sociales, sanitaires et autres à l’échelle mondiale pour les rendre plus équitables et plus durables.

« Le pape ne se contente pas de regarder l’urgence », a déclaré Sœur Alessandra Smerilli, une économiste qui est un membre clé de la commission. « Il est peut-être l’un des rares dirigeants mondiaux à faire pression pour que nous ne gâchions pas cette crise, pour que toute la douleur que cette crise a causée ne soit pas vaine ».

Ces dernières semaines, François a également lancé une série de nouvelles leçons de catéchisme appliquant l’enseignement social catholique à la pandémie, réaffirmant « l’option préférentielle de l’Eglise pour les pauvres » en exigeant que les riches n’aient pas la priorité pour obtenir un vaccin et que les dirigeants politiques s’attaquent aux injustices sociales exacerbées par la crise.

« Certaines personnes peuvent travailler à domicile, alors que cela est impossible pour beaucoup d’autres », a souligné François la semaine dernière. « Certains enfants … peuvent continuer à recevoir une éducation académique, alors que celle-ci a été brusquement interrompue pour beaucoup, beaucoup d’autres. Certaines nations puissantes peuvent émettre de l’argent pour faire face à la crise, alors que cela reviendrait à hypothéquer l’avenir pour d’autres.

« Ces symptômes d’inégalité révèlent une maladie sociale ; c’est un virus qui provient d’une économie malade », a-t-il déclaré.

Ces mots ont été prononcés devant une caméra de télévision depuis la bibliothèque de François – un moment qui n’a guère fait les gros titres. C’est le dispositif utilisé par le Vatican depuis mars, lorsqu’il a suspendu toute activité et tout rassemblement non essentiels.

Plus important encore, la pandémie a privé François de l’un de ses outils les plus puissants : les voyages à l’étranger. Depuis les jours de célébrité et de globe-trotter de Jean-Paul II, le Saint-Siège compte sur les voyages à l’étranger et la couverture médiatique qui les accompagne 24 heures sur 24 pour faire passer le message du pape à un large public international qui, autrement, ne lui accorderait peut-être jamais beaucoup d’attention.

François a profité de ces voyages pour entrer en contact avec ses prêtres et ses religieuses éloignés, pour délivrer des messages d’amour tenaces aux dirigeants du monde et pour assurer un service pastoral, souvent dans des coins oubliés de la planète. Ils lui ont également permis de repousser les limites des questions qui lui tenaient à cœur lors de conférences de presse libres à son retour.

Il reste à voir ce qu’une absence prolongée de tels voyages signifiera pour la papauté. Mais Francois a volontairement adhéré au confinement du gouvernement italien, et a même critiqué les prêtres qui se plaignaient de telles mesures.

Ivereigh a déclaré que François avait exprimé sa « proximité spirituelle » d’autres manières, notamment par ses messes matinales en direct qui ont été vues par des millions de personnes avant que le Vatican ne les débranche après la réouverture des églises italiennes.

Tout l’été, des prêtres, des religieuses et des gens ordinaires du monde entier ont reçu l’un des fameux « appels à froid » de François : un évêque du Mozambique aux prises avec des épidémies de choléra et de malaria ainsi qu’avec une insurrection musulmane ; une religieuse argentine qui s’occupe de femmes transsexuelles.

Bien que de telles histoires de bien-être aient parfois été diffusées pendant l’été généralement calme du Vatican, elles n’ont pas étouffé les critiques incessantes des opposants conservateurs de François dans les médias catholiques américains, une petite branche de l’église qui se fait entendre.

Ils ont utilisé son isolement relatif pour continuer leurs attaques et leurs demandes de responsabilité dans une dissimulation de deux décennies des actions de l’ex-cardinal américain Theodore McCarrick, que François a défroqué l’année dernière après qu’une enquête du Vatican ait conclu qu’il avait abusé sexuellement de mineurs et de séminaristes adultes.

François n’a toujours pas publié de rapport sur ce que le Vatican savait et quand McCarrick a été arrêté, deux ans après avoir promis de le faire.

Comme preuve de la volonté de l’aile conservatrice de regarder au-delà de la papauté de François, deux livres ont été publiés cet été par d’éminents auteurs catholiques. Tous deux étaient intitulés « Le prochain pape ».

L’un d’eux présente les portraits de 19 candidats papaux au prochain conclave, l’autre une liste des caractéristiques que doit avoir le prochain pape.

Chacun d’entre eux parle d’un futur pontificat – généralement tabou tant que le pape actuel est encore en vie. Mais leur publication suggère qu’au moins certains d’entre eux réfléchissent à ce qui va suivre, non seulement après la pandémie, mais aussi après la papauté.

Source: Associated Press

 

Réagir