Mines/Simandou 1 et 2 : plus de 15 milliards de dollars pour le transguinéen et les autres infrastructures

Banniere CBG

Jeudi 12 novembre en début de matinée. Les conventions ferroviaire et portuaire pour le transport et l’évacuation du minerai de fer des blocs 1 et 2 du Simandou, ont été signé entre l’Etat guinéen et le consortium ayant remporté l’appel d’offre.

Le gouvernement guinéen était représenté par les ministres des mines, des transports et du budget. La délégation de Winning Consortium Simandou était conduite par Fadi Wazni, accompagné de Frédéric Bouzick et de plusieurs autres personnalités.

A travers cette signature, le consortium s’engage à construire un chemin de fer d’une longueur de plus de 650 kilomètres reliant la mine à un port en eau profonde d’une capacité de 80 millions de tonnes par an, situé à Matakang dans la préfecture de Forécariah.

Le montant total des investissements envisagés est estimé à plus de 15 milliards USD, repartis de la manière suivante :

1 milliard pour la réalisation de l’infrastructure portuaire ;
5,5 milliards pour la réalisation de l’infrastructure ferroviaire ;
1,5 milliard pour la construction des équipements et installations de la mine ;
7 milliards pour la Phase II du projet pour l’extension de la capacité de la Mine, du port et au doublement de la voie ferrée.
1 milliard pour la construction de l’aciérie d’une capacité de 500 000 tonnes.

Une occasion pour le ministre des mines et de la Géologie de rappeler que c’est un rêve qui se réalise. Abdoulaye Magassouba, a tout de même laissé entendre que le plus dur reste à faire désormais.

“Ce projet est emblématique pour la politique minière portée par le président Alpha Condé depuis 2010, qui consiste à faire du secteur des mines un véritable levier de transformation de l’économie (…). C’est un vieux projet qui est en passe de se réaliser. Aujourd’hui nous avons réuni toutes les conditions légales pour que ce projet puisse finalement se réaliser. Mais le plus dur reste à faire. Ce qui nous rassure c’est que les investisseurs sont déjà sur le terrain et ont commencé les travaux préparatoires et les études. La mise en œuvre du projet est le prochain défi le plus important auquel nous allons nous attaquer…”, soutient le ministre des mines.

Pour sa part, Fadi Wazni a tenu à préciser que ce projet va s’inscrire dans le temps et permettra à la Guinée de rentrer de plein pied dans l’exploitation et l’exportation du fer.

“Aujourd’hui, nous n’avons pas la meilleure convention, mais nous avons une bonne convention, qui je le pense intimement va permettre l’exécution du projet (…). Ce projet va s’inscrire dans le temps. Les effets de ce projet vont se faire sentir pendant des dizaines d’années. Après avoir fait de la Guinée un acteur majeur dans l’exploitation et l’exportation de la bauxite, notre consortium va également permettre à la Guinée de rentrer en force dans l’exploitation et l’exportation du minerai de fer.

Le ministre d’Etat des transports a rassuré de la disponibilité du gouvernement à respecter les engagements contenus dans les conventions.

“Pour ce qui concerne les engagements du gouvernement, je pu en son nom pour affirmer qu’ils seront tenus d’un bout à l’autre de ce projet. Le gouvernement fera de son mieux pour que tous les obstacles éventuels qui pourraient se dresser dans la réalisation de cet important projet soient levés dans les meilleurs délais, afin que ce projet connaisse un développement harmonieux, de manière à ce que tous les délais contractuels soient effectivement tenus. Le gouvernement s’engage donc à respecter scrupuleusement toutes ses obligations au titre des conventions…”, a-t-il dit.

A noter que la convention de base du projet d’exploitation du gisement des blocs 1 et 2 du Simandou a été promulguée par décret, le 03 juillet 2020, après l’adoption par l’Assemblée nationale, le 26 juin 2020.

Alhassane Barry

Réagir