« Etre Peulh ou Malinké est une convention. » Guillaume Hawing

Banniere CBG

 

Pourquoi sommes-nous de l’ethnie de notre père et non de celle de notre mère ? C’est parce que le code de l’enfant guinéen stipule dans son article 148 que « l’enfant légitime porte le nom de son père. En cas de désaveu de paternité, il prend celui de ma mère. » Si le code de l’enfant guinéen stipulait que l’enfant légitime porte le nom de sa maman, aujourd’hui plusieurs Diallo seraient des Condé et plusieurs Condé seraient des Diallo.

Il n’ y a aucune preuve scientifique qui établit qu’on est de tel ou de tel patronyme. Appartenir à un patronyme ne se calcule pas mais ça s’impose à nous. Cela s’est imposé à nous parce qu’un groupe d’hommes s’est assis et a décidé qu’il en soit ainsi. Je suis Condé et toi tu es DIALLO parce que c’est ce que le code de l’enfant nous a imposé. Pourquoi devenir des ennemis à cause d’une simple convention qu’un groupe d’hommes a décidé ?

Si le code de l’enfant imposait à l’enfant le nom de famille de sa maman, combien se réclamant malinkés ou peulhs ou soussou se retrouveraient d’une autre ethnie ? Le nom est une simple convention qui n’a aucune preuve scientifique. Si à travers nos noms de famille, nous sommes incapables de nous unir et de nous aimer, alors tentons l’inverse : Que chaque nouveau né porte le nom de sa mère pour que son ethnie soit celle de sa mère. Passons de PATRONYME à MATRONYME. Le monde est régi par des conventions, tout est convention.

Il me semble que les enfants d’une même mère sont plus soudés et proches que ceux d’un même père. En général, les enfants sont plus proches de leur mère que de leur père. Si le nom de famille est un handicap en Guinée alors il faut revoir la politique de l’acquisition des noms, il faut reviser l’article 148 du code de l’enfant. Ce sont des hommes qui décident et conçoivent un article, ce n’est pas une fatalité, ça ne tombe pas du ciel. L’œuvre de l’homme ne devrait pas diviser des hommes. N’existent-ils pas des pays où des enfants portent le nom de leur mère?

Pourquoi une chose acquise par une simple convention peut diviser autant les enfants d’une même patrie ? On ne nait jamais avec un patronyme, on nous
l’ impose sans notre avis ou consentement. On vient au monde innocent sans prénom et sans nom. Les parents nous choisissent un prénom et le code de l’enfant nous impose un nom de famille.

La terre de Guinée n’est pas une convention, ni une imposition, nous nous sommes retrouvés guineens sans notre choix ni le choix de nos parents. Il n’ y a pas un code conventionnel guineen pour se retrouver guinéen. Nous sommes guinéens par la force du destin. Nous sommes condamnés à y vivre ensemble et en paix.

Si j’avais le pouvoir, tous les guinéens seraient appelés par un seul nom et parleraient la même langue.

Les NOMS de famille ont fait assez de victimes en République de Guinée. Il arrive à certains guineens d’avoir peur de dire leur nom de famille dans certains milieux de peur qu’ils ne perdent ou ratent ce qu’ils cherchent. Certains même estiment que leur nom est un handicap pour avoir du boulot. La Guinée doit être repensée et réinventée.

Vivement la révision du code de l’enfant pour que certains CONDÉ sachent qu’ils pourraient être des DIALLO et que certains DIALLO sachent qu’ils pourraient être des CONDÉ . La Guinée est une famille.

Guillaume HAWING.

Réagir