Affaire madic 100 frontières : ‹‹ Mamady Condé doit être immédiatement libéré ››, Me. Béa

Banniere CBG
Le jeune Madic ‹‹ 100 frontières ›› est-il un prisonnier qui est dans le feuilleton de la police ? En tout cas, la question revient sur nos lèvres à chaque fois. Alors qu’il a été placé en détention, depuis le 27 octobre, dans les couloirs de la DPJ ( direction de la police judiciaire ), M. Condé n’a toujours pas été déféré ni libéré.
Se réunissant pour tirer les dessous de cette affaire, les avocats du blogueur, Madic 100 frontières, affirme que cela constitue d’une injustice inqualifiable. 
« On ne peut pas arrêter quelqu’un et le garder à la police pendant deux semaines, sans le déférer ou le libérer. Conformément à l’article 78 du code de procédure pénale, lorsque le délai de garde-à-vue d’un citoyen dépasse 48 heures, renouvelables une fois, même en matière criminelle il doit être libéré. Et, aucun procureur ne doit le recevoir, parce que ses droits ont été brimés. Mamady Condé doit être immédiatement libéré parce que l’enquêteur a dépassé les droits de garde-à-vue », explique Me. Salifou Béavogui.
Dans la même logique, cet avocat du peuple, a exhorté le procureur du tribunal de première instance de Dixinn, d’intervenir afin que leur client, arrêté depuis le 27 recouvre sa liberté.
« Nous demandons au procureur du TPI de Dixinn de faire rigoureusement observer les dispositions de l’article 78 qui réglemente le délai de garde-à-vue. Les droits de notre client ayant été violés, nous lui demandons d’ordonner sa remise en liberté », donne t-il comme conclusion.

Abd Akila pour oceanguinee.com
Réagir