“ Quand la fin approche, une dictature crée toujours les conditions de sa propre chute“ Ousmane Gaoual

Banniere CBG

Ousmane Gaoual depuis la maison centrale, écrit à travers sa page. :

“ La nuit a été très longue, pas plus que la veille, et une nouvelle journée commence: confinement, harcèlement, privations, le cock-tail est déshumanisant à la maison centrale de Conakry.

Dans ce véritable mouroir à l’image des autres maisons d’arrêt de la Guinée croupissent à tort El hadj Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo, Ismaël Condé, Cellou Baldé, Abdoulaye Bah, Souleymane Condé, Roger Bamba, Madic 100 frontière, etc.

Feu El hadj Ibrahima Sory Sow, lui n’a pas supporté les tortures et humiliations à lui infligées au fond de sa cellule. Comme lui de nombreux autres bras valides ont été assassinés sous l’ordre de Alpha Condé au prix du contribuable guinéen.

Faute de pouvoir imposer la peine de mort et ressusciter le parti unique dont il s’inspire tous les jours, le régime illégal et illégime de #Pinet entend désormais user de sa dernière cartouche : la répression à chaque occasion.

Dans la rue comme dans les prisons, ordre est donné d’étouffer toute voix discordante. Quand la fin approche, une dictature crée toujours les conditions de sa propre chute. En tant que remparts de la démocratie en Guinée, l’UFDG et ses alliés n’abdiqueront jamais.

Toutes et tous à la mobilisation le mercredi 25 novembre 2020 contre cette dictature en fin de règne.

Découragement n’est pas UFDG ;
Découragement n’est pas ANAD ;
Découragement n’est pas Guinéen.”

Hassane Diallo

Réagir