Les “représailles” de l’Iran commencent : Le Parlement vote pour augmenter l’enrichissement de l’uranium à 20%

Banniere CBG

Dimanche, le Parlement iranien a voté à une écrasante majorité le projet de loi sur les “mesures stratégiques pour abolir les sanctions”, qui prévoit notamment de porter l’enrichissement de l’uranium à 20 %.

La loi prévoit notamment de restaurer l’ancienne conception du réacteur à eau lourde d’Arak. 232 députés sur 246 ont participé à la réunion parlementaire et ont voté en faveur de la résolution.

Le président du Parlement iranien, Muhammad Baqer Qalibaf, a également affirmé que “le projet de loi sur les mesures stratégiques visant à lever les sanctions limitera les actes terroristes perpétrés par l’ennemi contre l’Iran”.

Cette décision <strong, au cours desquels le chef du Centre de recherche et de technologie du ministère de la défense, Mohsen Fakhrizadeh, a été tué dans une opération d’assassinat.</strong

Selon le Tehran Times, le projet de loi a été préparé la semaine dernière et ce mois-ci, mais il est devenu particulièrement urgent après l’assassinat très médiatisé de vendredi :
La commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Parlement iranien a discuté mardi d’un plan visant à augmenter de manière significative les activités nucléaires de l’Iran, y compris le niveau d’enrichissement de l’uranium.

Ce plan fait partie d’une stratégie plus large qui vise à lever les sanctions américaines sur l’Iran. Les législateurs iraniens avaient présenté début novembre un “projet de loi stratégique pour la levée des sanctions” qui vise à forcer les Etats-Unis à lever les sanctions contre l’Iran en doublant les activités nucléaires.

Dans un communiqué, le ministère de la défense a déclaré que “des éléments terroristes armés ont attaqué vendredi après-midi une voiture transportant Mohsen Fakhrizadeh, chef du centre de recherche et de technologie du ministère de la défense”.

Le véhicule de Fakhrizadeh a été arrêté brusquement par un pick-up avant d’être visé à plusieurs reprises par les assaillants armés.

Un affrontement féroce allait s’ensuivre entre les gardes du corps de Fakhrizadeh et les assaillants, entraînant la mort de deux personnes.

Fakhrizadeh a été transporté d’urgence à l’hôpital peu après la fusillade, mais a été déclaré mort après l’échec des tentatives de réanimation du scientifique spécialisé dans le nucléaire.

Aube Digitale

Réagir