Goureissy Condé réagit aux accusations de K² à travers son livre : « Venant de lui, ça me surprend. »

Banniere CBG

‘´ La détention arbitraire d’Alpha Condé” est ce livre publié par Ibrahima Kallil Kaba, ancien ministre (K²) a sortie hier 23 décembre 2020. Un livre qui incrimine Sékou Koureissy Condé, ministre de la sécurité d’alors et l’actuel premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana. 

Joint par notre rédaction, ce soir, Dr Goureissy Conde dit ne pas vouloir assez se focaliser sur cette accusation qui date de plus de 20 ans. D’ailleurs, durant les 20 ans il en a assez entendu. Donc pour lui, il n’y a rien de nouveau pour étayer les affirmations qui sont faites dans ce livre. 

Bien qu’il ne minimise les déclarations faites dans ce livre, Goureissy Conde, reste tout de même grandement surpris que ces déclarations viennent de Kallil Kaba (K²).

« Venant de lui, ça me surprend »

Pour lui, Yamoussa Sidibe fut l’unique journaliste qui a demandé au président Alpha Condé sur son implication. Et la réponse du président Alpha a toujours été : « Je ne peux pas dire que c’est Goureissy Conde qui m’a arrêté. Je sais juste que c’est sont les militaires qui m’ont arrêté. »

A rappeler que dans la page 16 de ce document, l’auteur écrit : « le Président Conté avait longtemps décidé de l’arrestation du Professeur Condé, mais Alseny René Gomez n’a jamais voulu le faire directement»

A la nomination de Sékou Koureissy Condé comme ministre de la sécurité, celui-ci a décidé de s’acquitter de la tâche à laquelle le président Conté était fortement attaché. Ainsi: « Le ministre Ibrahima Kassory Fofana, qui se considérait comme le dauphin, a convaincu Conté que Sékou Koureissy Condé s’engageait à le faire. Dès la nomination de ce dernier, une vaste campagne de désinformation fut minutieusement orchestrée », mentionne-t-il à la page 17. A sa prise de fonctions, souligne l’auteur à la page 18 : « Koureissy Condé a affirmé qu’il était capable d’arrêter le Professeur Condé. Il a ajouté que ce qu’Alseny René Gomez n’a pas pu faire, lui il pouvait le faire… Il se rendit à Kouroussa (le 14 décembre 1998) pour y annoncer que le Professeur Condé serait arrêté. Il en fut de même à la veille de son voyage à Boké, au point que beaucoup de ses compagnons demandèrent l’annulation de cette étape ; ce qu’il refusa bien sûr », rapporte l’auteur à la page 23.

Nous y reviendrons

GOM

Réagir