Bill Gates se demande pourquoi les cas de COVID-19 en Afrique ne provoquent pas trop de décès

Banniere CBG

Bill Gates, co-fondateur de Microsoft et de la Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF), a déclaré qu’il ne comprenait pas pourquoi le nombre de cas de coronavirus n’était pas aussi élevé que prévu en Afrique.

Rappelons que Gates et sa femme, Melinda, avaient plus d’une fois averti que les rues africaines seraient jonchées de corps sans vie si le monde n’agissait pas assez promptement.

Melinda a dit que son cœur était en Afrique, ajoutant qu’elle craignait que le continent ne soit pas en mesure de supporter l’effet dévastateur du virus.

Mais dans sa note de fin d’année, Bill s’est dit heureux que sa prédiction concernant l’Afrique ne se soit pas réalisée : “Une chose sur laquelle je suis heureux de m’être trompé – du moins, j’espère m’être trompé – est ma crainte que le COVID-19 se répande dans les pays à faible revenu. Jusqu’à présent, cela n’a pas été vrai”, a-t-il écrit.

Dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, par exemple, les taux de cas et de mortalité restent bien inférieurs à ceux des États-Unis ou de l’Europe et comparables à ceux de la Nouvelle-Zélande, qui a fait l’objet d’une attention particulière pour sa gestion du virus.

“Le pays le plus durement touché du continent est l’Afrique du Sud, mais même dans ce pays, le nombre de cas est inférieur de 40 % à celui des États-Unis, et le taux de mortalité est inférieur de près de 50 %.

“Nous n’avons pas encore assez de données pour comprendre pourquoi les chiffres ne sont pas aussi élevés que je le craignais – mais j’ai donné des raisons probables pour lesquelles l’Afrique n’a pas été aussi touchée que prévu.”

En attendant, le Nigeria lutte actuellement contre la deuxième vague du coronavirus.

Le groupe de travail présidentiel sur le COVID-19 avait annoncé la semaine dernière une seconde vague du redoutable virus.

Mardi, le gouvernement fédéral a ordonné aux fonctionnaires de niveau 12 et moins de rester chez eux.

Ils doivent rester chez eux pendant cinq semaines après la deuxième vague de COVID-19 au Nigeria.

Le Centre nigérian de contrôle des maladies, le NCDC, a déclaré vendredi que le nombre de décès liés au COVID-19 s’élève désormais à 1 246.

Le Nigeria compte actuellement un total de 82 747 cas confirmés dans le pays.

Source: Vanguard

Réagir