Pita : 50 table-bancs pour l’école primaire de Bendougou

Banniere CBG

 

Les ressortissants du district de Bendougou résident en France ont offert cinquante (50) table-bancs à l’école primaire de cette localité. Bendougou étant un district relevant de la commune urbaine situé au Nord et à 6 kilomètres sur la nationale Numéro 2.

La cérémonie de remise a été effectuée ce lundi 12 janvier. Ont répondu présent à cette rencontre  lemaire de la commune urbaine de Pita, Mamadou Oury Diallo, du directeur préfectoral de l’éducationde, Abdoulaye Barry ainsi que des parents et une délégation des donateurs.

Une occasion pour la directrice de cette école, Diouheratou Bah d’exprimer toute sa satisfaction tout en remerciant les donateurs. Selon elle, l’école primaire de bendougou est créée en 1962 et compte à ce jour un effectif de 461 élèves dont 230 filles repartis en 8 groupes pédagogiques et encadré par 9 enseignants tous des fonctionnaires. Diouheratou Bah affirme que dans son établissement, les élèves étaient plus de deux par table-banc avant ce don. Elle exprime sa reconnaissance au gouvernement pour les efforts fournis dans le cadre de la qualification des enseignements.

Le président du conseil de district, Mamadou Midiaou Bah, également conseiller communal remercie les donateurs pour ce geste combien important pour sa localité. Il sollicite l’appui des autorités et de toutes les bonnes volontés pour la clôture de l’école. Car, selon lui, l’établissement a un domaine d’un hectare et l’encadrement des enfants dans cet état pose problème. Avec l’appui de tous il souhaite également la construire d’un collège voir et plus tard d’un lycée. Puisque, explique-t-il, Bendougou est entouré de 5 secteurs et un autre district relevant de la Sous-préfecture de Bourouwal tappè.

Le maire Mamadou Oury Diallo n’a pas manqué de féliciter et encouragé les fils et filles ressortissants et résidants de Bendougou. Pour lui, ceux-là doivent servir d’exemple à d’autres localités. Puisque l’école est une affaire de tous et l’Etat malgré les efforts ne peut pas tout faire.

Alhassane Barry

 

Réagir