USA : investiture ce mercredi de Joe Biden, pas de festivités, dispositions sécuritaires hors normes

Banniere CBG

Joe Biden et Kamala Harris sont investis ce mercredi à la présidence et la vice-présidence des États-Unis. Une cérémonie d’investiture qui se déroulera dans des conditions exceptionnelles, du fait de la pandémie et des craintes de manifestations de violences de la part des plus virulents partisans du président sortant.

C’est dans une capitale déserte que le 46eprésident des États-Unis va prêter serment. Les rues du centre de Washington sont barricadées, hérissées de blocs de béton et de barrières métalliques. L’immense pelouse sur laquelle se pressent habituellement les Américains pour saluer leur nouveau chef d’État est interdite au public : des milliers de petits drapeaux y ont été plantés pour figurer la présence du peuple américain.

Partout le long des bâtiments fédéraux, des soldats de la garde nationale patrouillent. Vingt-cinq mille réservistes participent aux opérations. Selon la chaine de télévision CNN, douze d’entre eux ont été retirés du dispositif ce mercredi : le FBI, qui a passé au crible le profil des hommes venus de tout le pays pour assurer la sécurité de la cérémonie, a jugé leur profil suffisamment inquiétant pour les écarter. La police fédérale craint en effet des menaces venues « de l’intérieur », c’est-à-dire provenant des membres des forces de sécurité déployées pour assurer la sécurité de la cérémonie.

Un nombre restreint d’invités

Le président élu est catholique, et entamera cette journée historique par une messe à la cathédrale Saint-Mathieu, en compagnie des plus hauts responsables du Congrès. C’est une tradition. Joe Biden, son épouse, Kamala Harris et son mari, rejoindront ensuite le flanc ouest du Capitole, où une estrade a été dressée, protégée par de hautes parois en plexiglas. Pris d’assaut par les partisans de Donald Trump le 6 janvier dernier, elle a été promptement restaurée. La cérémonie d’investiture s’y déroulera en présence d’un nombre restreint d’invités triés sur le volet. Joe Biden et Kamala Harris prêteront serment à midi heures locales. La chanteuse Lady Gaga entonnera ensuite l’hymne national américain. Joe Biden délivrera son premier discours présidentiel : il devrait – comme il le fait depuis le début de sa campagne – évoquer la nécessité d’unir la nation, mais aussi affirmer sa volonté de «battre la pandémie de coronavirus, mieux reconstruire, et guérir la nation», selon le comité d’organisation.

Pas de festivités

À l’issue de la cérémonie, Joe Biden et Kamala Harris, accompagnés des anciens présidents Barack Obama, Georges Bush et Bill Clinton (et de leurs épouses), se rendront au cimetière d’Arlington, de l’autre côté du Potomac, déposer une gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu. Le président accédera enfin à la Maison Blanche, désertée dans la matinée par Donald Trump. Joe Biden sera à pied sur les derniers mètres. Il n’y aura pas de festivités dans la soirée, le traditionnel bal a été annulé en raison de la pandémie, mais Joe Biden et Kamala Harris s’adresseront à la nation lors d’une soirée télévisée spéciale, animée par le comédien Tom Hanks, et avec de nombreuses stars américaines. Intitulée « Pour fêter l’Amérique », elle conclura une journée où la liesse populaire aura été singulièrement absente. Elle sera rediffusée par toutes les grandes chaînes américaines.

 

Avec RFI

Réagir