Communiqué de presse : le collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo d’amande l’implication de la HAC et des associations de presse pour sa libération

Banniere CBG
Conformément à l’esprit de la loi sur la Liberté de la Presse en Guinée qui ne prévoit pas de peine privative de liberté pour un délit de presse, et de la Charte mondiale d’éthique des journalistes qui appelle le journaliste à faire « preuve de confraternité et de solidarité à l’égard de ses consœurs et de ses confrères, sans renoncer pour la cause à sa liberté d’investigation, d’information, de critique, de commentaire, de satire et de choix éditorial », des journalistes guinéens réunis à la Maison de la Presse le mercredi 10 mars 2021 à Conakry ont créé le Collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo (COSADD). Dans un communiqué publié ce jeudi matin, le collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo a rappelé l’objectif de ce collectif mais aussi, a demandé l’implication de la HAC et des associations de presse pour la libération du journaliste Amadou Diouldé Diallo.
C’est un collectif qui regroupe des journalistes issus des médias publics et privés et des toutes les catégories confondues (presse écrite, presse en ligne, audiovisuel).
‹‹ Son objectif est d’obtenir la libération du journaliste et historien, Amadou Diouldé Diallo, interpellé pendant qu’il faisait son jogging au Stade du 28 septembre à Conakry et placé en garde à vue dans les locaux de la Direction centrale de la Police judiciaire du samedi 27 février 2021 au lundi 1er mars 2021 ››, ont-ils cité dans ce communiqué.
Le journaliste a été conduit devant le tribunal de première instance de Dixinn où il a été accusé, le lundi 1er mars 2021, « d’ offense au chef de l’Etat » pour des propos tenus au cours de l’émission « Œil de Lynx » de la radio privée Lynx FM. Depuis ce jour, il est en détention à la Maison centrale de Conakry.
‹‹ Le Collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo (COSADD) rappelle que le placement en détention provisoire du journaliste est contraire à loi portant liberté de la presse en Guinée qui ne prévoit nulle part la privation de liberté ››, déclare le COSSAD.
‹‹ Le Collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo (COSADD) invite toutes les associations nationales et internationales de presse et la Haute autorité de la communication (HAC) à s’impliquer pour la libération du journaliste et historien Amadou Diouldé Diallo et le respect de la loi sur la liberté de la presse en République de Guinée ››, rappelle le Collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo(COSADD) dans son communiqué.
Abd Akila pour Oceanguinee.com
Réagir