Le Royaume-Uni signale 25 nouveaux cas de caillots sanguins rares liés au vaccin d’AstraZeneca

Banniere CBG

Les ministres du gouvernement britannique ont pratiquement sautillé les uns après les autres pour défendre le vaccin d’AstraZeneca contre les allégations selon lesquelles il pourrait être lié à de rares cas de caillots sanguins cérébraux parfois mortels, en particulier chez les patients ayant un faible taux de plaquettes sanguines. La multinationale britannico-suédoise a insisté sur le fait qu’il n’y avait aucune preuve d’un lien entre le vaccin et les caillots (bien que certains chercheurs allemands aient trouvé des preuves possibles d’un lien). Pourtant, plusieurs gouvernements ont restreint ou arrêté le vaccin, et l’Allemagne a décidé de limiter son utilisation aux patients de moins de 60 ans.
Le principal organisme européen de réglementation des médicaments, l’EMA, a réaffirmé mercredi qu’”il n’existe aucune preuve permettant de restreindre l’utilisation de ce vaccin dans quelque population que ce soit” (et pourtant, l’EMA a admis dans son évaluation de la sécurité qu’il était possible que certains patients subissent des effets secondaires comme ceux-ci). Le régulateur médical allemand a recensé 31 caillots sanguins. Neuf d’entre eux sont morts. En Norvège, trois professionnels de santé ont tous été touchés, et l’un d’entre eux est décédé. Au total, la Norvège a signalé 6 cas, dont quatre sont décédés. Des cas ont été signalés en Italie, en Autriche et ailleurs.

Et maintenant, le Financial Times rapporte que 25 nouvelles incidences de caillots sanguins ont été signalées, portant le total à 30.

Jeudi soir, l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (Medicines and Healthcare products Regulatory Agency) a publié des informations confirmant 25 nouveaux cas de coagulation sanguine grave et très rare chez des patients britanniques, qui s’ajoutent aux cinq cas plus légers qu’elle avait signalés au début du mois. Elle a également précisé qu’elle n’avait constaté aucune réaction de ce type chez les patients ayant reçu le vaccin développé par Pfizer et BioNTech.

Comme l’a souligné le Financial Times dans son article sur l’admission, ces nouveaux cas “remettent en question l’idée qu’il s’agit d’un phénomène purement européen”.

Comme pour les cas précédents sur le continent, la principale affection à l’origine de l’alarme est appelée thrombose veineuse sinusale cérébrale, lorsque le sang forme des caillots dans les veines qui partent du cerveau, une complication potentiellement mortelle. De plus, alors que le Royaume-Uni a annoncé de nouvelles réalisations dans sa course à la vaccination de l’ensemble de sa population, 17 signalements supplémentaires de TVC ont été faits cette semaine par rapport à la semaine précédente.

Le Dr June Raine, chef de la MHRA, a réaffirmé que “les avantages du vaccin l’emportent sur les risques” et que le public doit continuer à faire la queue pour se faire vacciner sans crainte.

Après tout, d’ici peu, vous ne pourrez plus aller nulle part sans prouver que vous avez été vacciné.

Aube Digitale

Réagir