Tchad : à peine constitué, le CMT fait déjà polémique

Banniere CBG

Au Tchad, la mort du président Idriss Déby Itno a été annoncée ce mardi 20 avril par un conseil militaire de transition (CMT). Il a annoncé en même temps la suspension de la Constitution ainsi que la dissolution du gouvernement et du Parlement. Le président de l’Assemblée nationale aurait refusé d’assurer l’intérim.

Idriss Déby est sans doute décédé un peu plus tôt que ne l’a annoncé le Conseil militaire de transition. Dès lundi soir en effet, les tractations pour sa succession ont commencé. Autour des hauts gradés convoqués à la présidence se trouvait aussi le président de l’Assemblée nationale qui, selon nos informations, a décliné la proposition d’assurer la transition. Il a évoqué son âge avancé et surtout la complexité de la situation sécuritaire pour demander aux militaires de combler la vacance de pouvoir, indique une source sécuritaire. Des informations que le concerné n’a pas confirmé mardi soir.

C’est ainsi que naîtra le Conseil militaire de transition, qui se donne un an et demi pour organiser de nouvelles élections, ajoute la même source.

Depuis hier mardi, des émissaires du CMT ont commencé à rendre visite aux acteurs politiques majeurs pour solliciter un soutien politique. Un soutien dont le comité aura besoin pour faire face à la contestation qui enfle contre un pouvoir désormais dirigé par le fils du maréchal Idriss Déby Itno, le général de corps d’armée Mahamat Idriss Déby Itno.

Celui-ci devient à 37 ans chef de l’État et chef suprême des armées. Il était jusqu’ici à la tête de la fameuse DGSSEI, une sorte de garde présidentielle, le corps d’élite de l’armée. À ses côtés, quatorze chefs militaires dont certains sont parmi les plus influents des dernières années.

Il s’agit essentiellement de généraux issus du nord et du clan d’Idriss Déby Itno et qui ont toujours constitué le socle de son pouvoir : le chef d’état-major et général des armées Abakar Abdelkerim Daoud, le directeur général du renseignement militaire Tahir Erda Taïro, sans oublier les ministres de la Sécurité publique, de l’Administration du territoire ou encore celui des Armées, tous des hauts gradés tchadiens.

Demandes de retour à l’ordre constitutionnel

Officiellement donc, l’armée a pris les affaires en main sans aucun problème. Mais des sources à Ndjamena parlent de tensions au sein du premier cercle du pouvoir, notamment sur le partage du pouvoir au sein du nouveau conseil.

Autre problème : ce conseil militaire de transition s’est octroyée les pleins pouvoirs, ce qui n’est prévu nulle part dans la Constitution révisée de décembre 2020, dénoncent la société civile, l’opposition, ainsi que des partis issus de la majorité présidentielle.

Demba Karion, du mouvement citoyen Tournons la page-Tchad, assure dénonce une volonté de légitimer un coup d’État de l’armée. « Nous nous sommes battus, nous avons marché, nous avons milité et mis ce mouvement en place, nous avons travaillé pendant des années, ce n’est pas pour quitter une dictature et aller dans un coup d’État. Nous réclamons un gouvernement de transition qui soit géré par les civils.»
Un général tchadien condamne lui aussi ce qu’il qualifie de coup d’État. Idriss Dicko, toujours en fonction dans l’armée tchadienne et ex-directeur adjoint du cabinet militaire du chef de l’État, estime que le pays va au chaos si le comité militaire de transition dirigé par Mahamat Déby, le fils du dirigeant défunt, ne respecte pas le processus de transition prévu dans la constitution du Tchad.
RFI
Réagir