Indignation après le “lynchage” d’un Arabe par la foule en Israël, le tout diffusé en direct à la télévision israélienne

Banniere CBG

Des images choquantes ont été filmées dans la nuit de mercredi à jeudi, lors d’émeutes généralisées dans des villes mixtes judéo-arabes d’Israël, dans le cadre des combats entre Israël et Gaza. La chaîne publique israélienne Kan couvrait les troubles à Bat Yam, au sud de Tel-Aviv, où des émeutiers israéliens avaient envahi les rues.

Pendant la retransmission en direct, l’équipe de tournage et le journaliste de Kan ont filmé ce qui était en fait un “lynchage” en cours, après qu’un Palestinien a dépassé à toute vitesse des manifestants juifs avant de crasher son véhicule, apparemment pour tenter de s’enfuir. Il a été rapidement traîné hors de la voiture et ce qui s’est passé ensuite a été horrible…

L’homme a été brutalement battu par une vingtaine de personnes, notamment avec des objets métalliques, mais a heureusement survécu après avoir perdu connaissance et avoir été transporté à l’hôpital. La police serait arrivée très tardivement sur les lieux. “Nous assistons à un lynchage ici”, a déclaré la présentatrice de Kan en direct à l’antenne alors que la caméra zoomait sur l’homme inconscient.

CNN a détaillé les séquences : “À Bat Yam, au sud de Jaffa, une vidéo explicite a montré mercredi soir une foule juive d’extrême droite essayant de lyncher un conducteur arabe. Selon la police, l’homme a été traîné hors de sa voiture avant que l’agression ne commence. La vidéo montre une vingtaine de personnes le frappant avec des objets métalliques et lui donnant des coups de pied à la tête à plusieurs reprises. Il a été emmené à l’hôpital où ses blessures ont été décrites par la police comme étant modérées”.

D’autres rapports indiquent que l’homme a dû subir des opérations, sans que l’on puisse réellement confirmer son état actuel. L’incident violent, mais surtout le fait que la Israeli Public Broadcasting Corporation (Kan) ait diffusé les images troublantes, ont suscité l’indignation tant au niveau national qu’international.

Les Israéliens et certains articles de presse occidentaux n’ont pas manqué de souligner qu’ailleurs en Israël, des foules arabes avaient également lynché des Juifs : “À Acre, au nord de Haïfa, une tentative de lynchage par une foule arabe a laissé un homme juif grièvement blessé, selon la police israélienne. Un porte-parole de la police a déclaré que la foule avait attaqué des officiers de police avec des pierres avant d’attaquer la victime avec des pierres et des barres de fer”, a noté CNN à propos d’un incident.

La spirale de la violence collective a suscité une déclaration du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a condamné mercredi les scènes de violence comme étant “inacceptables” :

“Rien ne justifie le lynchage de Juifs par des Arabes et rien ne justifie le lynchage d’Arabes par des Juifs”, a-t-il déclaré dans un communiqué.

“Aux citoyens d’Israël, je dis que je me fiche que votre sang soit en ébullition. Vous ne pouvez pas prendre la loi entre vos mains“, a ajouté Netanyahu. “Vous ne pouvez pas attraper un citoyen arabe ordinaire et essayer de le lyncher – tout comme nous ne pouvons pas regarder des citoyens arabes faire cela à des citoyens juifs.”

Jeudi, le ministre de la Défense, Benny Gantz, a fait appel à des réserves supplémentaires de patrouilles frontalières pour aider à réprimer les attaques ethniques et le chaos qui éclatent dans de nombreuses villes mixtes juives et arabes.

Gantz a appelé à un “renforcement massif” des forces de réserve pour aider à contrôler la spirale de la situation intérieure, et plus loin, alors que les unités de troupes et les chars se rassemblent le long de la frontière avec Gaza, alors que les frappes aériennes israéliennes et les tirs de roquettes du Hamas se poursuivent.

Aube Digitale

Réagir