Interview :  » A Pita, nous avons 328 contractuels communautaires… « , Dixit Abdoulaye Barry, DPE de Pita

Banniere CBG

 » A Pita, nous avons 328 contractuels communautaires… « , Dixit Abdoulaye Barry, DPE de Pita L’année scolaire en cours tire vers sa fin. Autorités éducatives et élèves s’attèlent aux derniers réglages pour la réussite des examens de fin d’année. Pour en savoir d’avantage, notre reporter a tendu son micro au directeur préfectoral de l’éducation (DPE) de Pita relevant de la région administrative de Mamou. Dans cet entretien que M. Abdoulaye Barry a bien voulu accordé à votre quotidien, il revient sur le niveau de préparation des examens nationaux dans la préfecture ainsi que les difficultés auxquelles il est confronté dans l’exercice de sa fonction.

Oceanguinee : Présentez-vous à nos lecteurs svp

Merci, je suis Elhadj Abdoulaye Barry connu sous le sobriquet Koto Barry, DPE de Pita depuis 2017Comment se porte l’éducation à Pita en termes d’infrastructures et de personnel ?En termes d’infrastructures, je dirais que les écoles de Pita sont de très bonnes infrastructures dans les 95%. Parce que les communautés de Pita se rivalisent dans la construction des belles écoles. Chaque village veut avoir son école, chaque Sous-préfecture veut avoir son collège ou son lycée. C’est dire donc que cette rivalité fait que les écoles de Pita sont vraiment des belles écoles. Naturellement, il y a des difficultés dans certains endroits. Il y a des écoles construites depuis plusieurs décennies et qui nécessitent des rénovations. Il y a d’autres qui nécessitent des extensions compte ténue des effectifs de plus en plus grands. C’est le cas notamment de l’école primaire (EP) de Pita 1 construite depuis 1939, c’est le cas également des EP de Guémé1, de Guémé2 et de Missira. Puisque plusieurs écoles sont en roulement compte ténue du manque de salles de classes. Il y a aussi le cas du lycée Oustoyah, l’unique lycée public de Pita, qui nécessite une reconstruction et une extension. En d’autres termes je peux dire que les écoles de Pita sont acceptables.

Ce pendant le personnel enseignant est insuffisant et c’est au niveau national. Mais à Pita nous nous estimons heureux. Puisque les communautés sont très éterminées pour la formation de leurs enfants. C’est pour quoi on a recruté 328 contractuels communautaires pris en charge par les communautés à l’élémentaire et au secondaire réuni. Ces 328 enseignants sont formés par les animateurs pédagogiques de l’enseignement secondaires (APES) pour le secondaire et les conseillers pédagogiques maîtres formateurs (CPMF) pour l’élémentaire. C’est dire donc que ce sont des enseignants bien encadrés avec des lacunes pédagogiques et administratifs qui sont corrigées.

Les examens nationaux c’est pour très bientôt. Comment se préparent ces dits examens à Pita ?

Les examens se préparent bien à Pita. Les listes sont déjà élaborées et remontées, les codes photos sont venus et tous les candidats photographiés et les photos remontées au service national des examens, les centres ont été proposés et envoyés au Département. Donc ce qui reste actuellement c’est le travail du Département pour sortir les PV. Egalement les propositions de sujets faites par les professeurs pour le secondaire et les instituteurs pour la 6ième Année sont déjà arrivées à l’inspection générale de l’éducation. C’est dire que tous ce qui est de notre ressort en termes de préparation est déjà fait. Au total nous avons 4143 candidats à l’entrée en 7ième et 1118 candidats pour le brevet d’étude du premier cycle (BEPC) et 514 pour le baccalauréat.Justement, il y a des candidats recalés dans certaines localités du pays. Est-ce le cas à Pita ?Nous avons-nous-même filtrés les listes et avons rejetés ceux qui étaient à rejeter avant de déposer la liste. Je précise que ces rejets sont motivés soit par la présentation de faux diplômes tous transférés de Conakry soit par le fait que des candidats n’ont pas eu la moyenne de passage en classe supérieur. Par exemple un élève qui n’a pas la moyenne annuelle de passage en 6ème année.

Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous êtes confrontés ?

Essentiellement l’insuffisance du personnel enseignant. Ensuite l’insuffisance des moyens de mises en œuvre pour l’exécution des tâches que nous nous sommes assignés. Malgré tout nous arrivons cas-même à joindre les deux bouts pour faire les travaux indispensables pour le bon fonctionnement de notre éducation à Pita.Votre message à l’endroit des élèves, parents et encadreurs ?Je leurs demande tous de porter la bonne veste pour faire face à leurs enfants. Bien les encadrer à la maison. Puisque l’enfant c’est l’école, la famille et la nature. Si l’école et la famille ne se donne pas la main, la nature va s’emparer de l’enfant et il deviendra délinquant. Aux élève de se remettre en question en se débarassant des téléphones sauf si c’est pour aller sur google ou autre moteur de recherche pour avoir des notions scientifiques, apprendre les leçons, lires les livres pour mieux préparer les examens.Quant aux enseignants, je leur dirais de persevrer en ayant une performence dans la communication. Puisque enseigner c’est communiquer. Et surtout de bien faire travailler les enfants à l’école et à la maison.

 

Propos recueillis par Alhassane Barry

Réagir