« A l’issue de consultations (..) nous amorcerons une transformation profonde de notre présence militaire au Sahel », a-t-il dit lors d’une conférence de presse, annonçant la « fin de l’opération Barkhane en tant qu’opération extérieure » et la mise en œuvre « d’une alliance internationale associant les États de la région ».

Le « temps est venu » d’amorcer « une transformation profonde de notre présence militaire au Sahel », a déclaré le chef de l’État pendant une conférence de presse à l’Élysée.

Estimant que le rôle de la France n’avait jamais été de se substituer aux États africains, Emmanuel Macron a indiqué que des discussions auraient lieu dans les prochaines semaines pour fixer le « nouveau cadre » de l’intervention au Sahel.

« La présence durable dans le cadre d’opérations extérieures de la France ne peut pas se substituer au retour de l’État et des services de l’État à la stabilité politique et au choix des États souverains », a souligné le président français.

La présence durable dans le cadre d’opérations extérieures de la France ne peut pas se substituer au retour de l’État et des services de l’État, à la stabilité politique et aux choix des États souverains.