Exilés à Dakar, Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo du FNDC pourraient être expulsés par le Sénégal

Par Hassane Diallo

Signé le 19 juin à Accra lors du Sommet de la CEDEAO, l’accord de coopération militaire et technique entre la Guinée et le Sénégal a été soumis au vote des députés à l’Assemblée nationale guinéenne ce dimanche 4 juillet en présence du ministre d’Etat chargé des Affaires présidentielle et de la Défense nationale, Dr Mohamed Diané.

Après l’adoption de cet accord, la réouverture des frontières terrestres de la Guinée avec le Sénégal, fermées depuis septembre mois par la partie guinéenne, n’est plus qu’une question de temps.

Cet accord ne fera pas l’affaire des opposants au 3e mandat, exilés au Sénégal, dont Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo, tous deux responsables du FNDC et exilés au Sénégal. Ils pourraient faire l’objet d’une procédure d’expulsion du territoire sénégalais.

Les articles 3, 4, 5, 6 et 7 de l’accord définissent les obligations de veiller sur non utilisation du territoire de l’une des parties contre les intérêts de l’autre, la lutte contre le terrorisme, la lutte contre la criminalité transfrontalière et la sécurisation des frontières communes.

Le document précise que chaque partie s’engage à tout mettre en œuvre pour empêcher que son territoire ne soit utilisé pour des actes subversifs, de déstabilisation ou de sabotage contre l’autre partie.

Face aux députés, le ministre d’Etat chargé de la Défense nationale a mis l’accent sur la nécessité de respecter les dispositions relatives à la ‘’non utilisation du territoire des deux parties contre les intérêts d’une autre partie. Au niveau des frontières, il faut aussi que nous nous entendions sur un dispositif qui va nous permettre de faire des patrouilles conjointes et de renforcer nos positions des deux côtés de la frontière’’.

La convention ratifiée par les députés à l’Assemblée nationale est valable pour une durée de cinq ans renouvelable. Le document comporte 25 articles qui traitent de plusieurs domaines notamment de la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière.

Le ministre Diané a rassuré que le gouvernement guinéen respectera toutes les dispositions de cet accord. Il soutient que la signature de cet accord à l’occasion du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO est une volonté affirmée du président Alpha Condé de prendre toutes les dispositions pour renforcer la sécurité et la stabilité dans la sous-région.

 

Avec visionguinee.info

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com