Tribune : le panafricanisme, seule issue pour l’Afrique…( par Ngàynàkó)

Pendant que l’union européenne, les etats-unis d’amérique, l’aséan, et les autres organisations continentales, tentent de renforcer leur solidarité dans l’optique de réaliser des objectifs communs, l’afrique elle, brille par sa médiocrité, sa division, et ses querelles intestines. Voici donc ce qui constitue le gros du constat amer, de notre terre-mère:

1- une organisation continentale(U.A) qui a faillit à sa mission, dans la mesure oú les dirigeants de celle-ci n’attendent que des décisions venant d’ailleurs pour approuver les leurs, et d’imposer ces dernières à leurs citoyens respectifs. Cela dénote d’une organisation sous injonction occidentale. Par conséquent, plusieurs évènements élucident ce dysfonctionnement tels que: la guerre de sécéssion dans le Tigré en éthiopie, la tentative séparatiste du nord – caméroun, également au ghana, un mouvement séparatiste trouble le sommeil des panafricanistes. Sans pour autant ignorer les partitions du Sahara occidentale ou du biaffra. Enfin la division du Soudan en deux micro-états.

D’autres facteurs, plus politiques, témoignent de la vétusté de la maison union-africaine. Il ya entre autres l’assassinat du guide de la jamahiriya lybienne, les mandats présidentiels dans nos térritoires s’étendent au délà des pactes sociaux, les coups d’états fomentés et planifiés depuis les quartiers généraux des occidentaux, et amendé par nos frères, d’arme ou intellectuel.
Par endroit, les richesses naturelles de certains de nos terripoires, font la ruée des multi-nationales dans le but de l’exploitation illégale de celles-ci.

L’exemple le plus frappant est le congo, dont le pays régorge plus de trente pour cent des richesses du sol et du sous – sol africain. Sans parler de certaines autres richesses, dont l’esprit de créativité du monde noir, dont les chargés de la destinée font fi.

Voilà donc le besoin pressant de supprimer l’instance panafricaine, à l’instar de la société des nations (SDN), afin que notre organisation puisse repondre aux aspirations légitimes des populations africaines. Et si d’ailleurs à cet effet, l’U.A reprenait son ancienne appelation?

Par ailleurs, voici quelques suggestions que nous soumettons à l’approbation:

1- Boycotter et dissoudre cette union africaine.

2- réformuler et rébaptiser l’instance.

3- former un gouvernement à dimension continentale, avec un seul chef, et assisté d’un conseil des anciens méritants.

4- promouvoir une afrirue ou les frontières n’existeront que dans nos esprits, et d’ailleurs, qui feront que l’intégration inter-africaine, et la circulation des biens, soient efèctives.

5- Une armée de toutes les forces répréssives, constitueront la défense nationale Panafricaine.

6- harmoniser les systèmes éducatifs de nos temples de savoir, afin que ce qui sied dans les bouquins au sahara, soit au sud, à l’est, et à l’ouest, dans le but de sortir le peuple noir dans le ping-pong intellectuel, et la longue léthargie dans laquelle le colonialisme nous a plongé.

7- l’autre pan de nos suggestions, est d’intégrer nos langues premières dans nos institutions scolaire et universitaire, afin de permettre aux apprenants f mieux appréhender l’essence de leur savoir.

8- Un seul emblème devrait pivoter le centre fs capitales(dans l’imagination)Ainsi, plusieurs autres suggestions sont pendants, même si faudrait le signaler en passant, il existe toute une chaîne d’obstacles à ce projet des États-unis d’afrique, qui reste la seule alternative pour le peuple africain noir, de vivre tranquillement, libre, et digne sur le sol de ses ancêtres. Et de profiter des biens et richesses que la Nature nous a dotée. Et bien évidemment, de pouvoir profiter des droits et libertés individuelle et collective dont le continent n’est pas étrangé.

 

Ngàynàkó poukí gàrmé Diallo.

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com