Poutine : Le retrait des États-Unis d’Afghanistan ressemble davantage à une « fuite pure et simple » – les autres doivent nettoyer les dégâts

Banniere CBG

Le président russe Vladimir Poutine s’est exprimé vendredi sur le fiasco du retrait et de l’évacuation des troupes américaines en Afghanistan, qui a entraîné la mort de 13 soldats américains et de plus de 60 civils afghans. Il s’est exprimé avec une franchise inhabituelle lors d’une réunion de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui regroupe huit pays, au premier rang desquels la Chine et l’Inde.

M. Poutine a déclaré que la sortie des États-Unis ressemblait davantage à une « fuite en avant » qu’à une quelconque manœuvre planifiée et coordonnée, malgré des mois de préparation. Il a décrit les événements d’août comme un « retrait précipité – ou plutôt une fuite pure et simple – des troupes américaines et de l’OTAN du pays ».

La tâche urgente à laquelle notre organisation est confrontée est de mener une politique unique et coordonnée fondée sur l’évaluation des risques graves liés aux tensions croissantes en Afghanistan à la suite du retrait précipité – ou plutôt une fuite pure et simple – des troupes américaines et de l’OTAN du pays », a déclaré M. Poutine.

Ces critiques cinglantes et sarcastiques interviennent alors que les alliés eurasiens ont discuté de la détérioration de la situation sécuritaire aux frontières du Pakistan, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan, membres de l’OCS. Ces deux derniers pays font l’objet d’une coopération militaire de la part de la Russie afin d’assurer la sécurité des frontières après que des civils et des membres des forces nationales afghanes, abandonnant leurs postes, ont fui vers le Tadjikistan en particulier. En outre, selon de nombreuses informations, des dizaines de pilotes formés par les États-Unis ont fait voler leurs appareils en Ouzbékistan – et les États-Unis leur auraient accordé le droit d’asile.

M. Poutine a également déclaré dans ces mêmes déclarations que les États-Unis et l’OTAN ne pouvaient pas se soustraire à leur responsabilité de fournir une aide à la reconstruction. Il a essentiellement déclaré que l’Occident a brisé l’Afghanistan et qu’il doit maintenant s’engager à participer à la reconstruction (ce qui signifierait envoyer de l’aide aux talibans, ironiquement).

Les propos tenus par Poutine vendredi n’étaient pas les premières critiques de ce type à l’égard de l’action des États-Unis et de l’Occident en Asie centrale. Au début du mois, alors qu’il s’adressait aux dirigeants des BRICS, il a déclaré ce qui suit :

J’ai dit à de nombreuses reprises que la crise actuelle en Afghanistan est une conséquence directe des tentatives irresponsables d’imposer des valeurs étrangères de l’extérieur et du désir de construire des structures dites démocratiques par une ingénierie politique qui ne tient compte ni des caractéristiques historiques ni des caractéristiques nationales des autres nations.

Il avait en outre accusé les Américains d’ »ignorer les traditions des autres pays » – dans la continuité de ses attaques contre les efforts de Washington en matière de construction nationale à l’étranger.

« Les auteurs de ces expériences se retirent ensuite précipitamment, laissant leurs sujets se débrouiller eux aussi. L’ensemble de la communauté internationale doit faire face aux conséquences », avait-il déclaré devant les précédents représentants des BRICS.

La Russie et la Chine ont toutes deux tiré parti de la retraite bâclée des États-Unis ces derniers temps, tant dans des déclarations officielles que dans les titres des médias d’État. Dans le même temps, la Chine, en particulier, serait sur le point de devenir le premier investisseur de l’Afghanistan contrôlé par les talibans, Xi envisageant une expansion considérable de ses projets de l’initiative « Nouvelle Route de la Soie » dans le pays. Les commentaires des dirigeants talibans semblent se réjouir ouvertement de cette possibilité.

Aube Digitale

Réagir