Dossier Foniké Menguè : Il n’y avait rien dans ce dossier. Deux à trois feuilles, enquêtes préliminaires, il n’y avait rien (Sidy Souleymane N’Diaye)

Banniere CBG

Dans un élément sonore diffusé par nos confrères d’espace fm dans l’émission, les GG, Sidy Souleymane N’diaye, procureur près le TPI de Dixin, est passé nous pouvons conclure à une.sorte d’aveux.

Dans cet audio fuité dans la presse, le procureur Sidy Souleymane N’diaye comment surtout le dossier Oumar Sylla (Foniké Menguè) a été monté. 

Lisons le : 

« …Moi, je suis quelqu’un de direct. J’ai reçu des instructions. Je le fait souvent avec tous les juges quand je reçois des instructions, je viens leur dire. Souffrez que je vous en parle comme ça. C’est mieux. Ça va être plus facile à gérer pour vous. On m’a dit : faites en sorte qu’il reste jusqu’après les élections. Je vais vous parler franchement. On n’a jamais géré un dossier. C’est la première fois et c’est mon habitude. Quand je reçois des instructions, je viens vers le juge, je dis aidez-nous » pouvons-nous entendre Sidy Souleymane N’Diaye. 

Avant de se verser davantage en face du juge Alphonse Charles sur le dossier Oumar Foniké  :  « Ce dossier, quand on l’avait déféré, il n’y avait rien, mais rien. Je vous parle franchement et parce que je vous fait confiance aussi, je sais que vous n’en parlerez pas. Il n’y avait rien dans ce dossier. Deux à trois feuilles, enquêtes préliminaires, il n’y avait rien. J’ai fait jouer mon expérience et quelque chose m’a dit qu’il y a une infraction qu’on appelle divulgation de fausses informations. J’ai dit, les propos qu’il a tenus à la radio, comme il ne peut pas apporter la preuve de ses propos, je le poursuit. On appelle ça les infractions de replis. Les infractions de replis, c’est quand le parquet est embarrassé et qu’on a dit au parquet, il faut poursuivre coûte que coûte. J’ai appelé Fabou, j’ai crié sur Fabou. J’ai dit qu’il n’y arien dans ce dossier. N’eût été mon expérience, je devais classer ce dossier. Le parquet est une autre vie du magistrat, une autre vie professionnelle. Donc, j’ai trouvé ça. Au moment où on instruisait ce dossier, on m’a envoyé des documents tirés sur la page Facebook, lui, il ne savait pas. Monsieur le juge, je vous parle de tout ça, je vous fait confiance. Quand on m’a envoyé ça, j’ai bondit sur l’occasion. Je l’ai poursuivi pour menaces. Donc, ça m’a fait deux procédures. C’est ce qui s’est passé. Je sais qu’il n’y a rien dans le dossier mais requalifiez ça et aidez-nous dans ce dossier. C’est (Foniké Mangue) le plus grand mobilisateur du FNDC. S’il sort, il va embarrassé le vieux (Alpha Condé) aux élections. Je préfère te dire la vérité, il va embarrassé le vieux. Son activisme dépasse ceux de Koundouno et Sanoh. Ce dossier est difficile mais il faut que je te parle comme ça. Au jugement, je vais demander deux ans d’emprisonnement pour montrer que nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde et pour préserver ton image. Tu l’emprisonne pour Avril, mai, juin, juillet, août, septembre, octobre, novembre, décembre, ça trouvera que l’élection et l’investiture du président sont terminées >>

Pour Me Traoré,  avocat des opposants au 3ème mandat,  ces déclarations sont justes une honte.

« En tant que professionnel de la justice, je suis très mal à l’aise. Je dirai même que j’ai honte. Mais en réalité, je ne suis pas surpris. Nous, avocats, savions parfaitement que certaines décisions concernant les acteurs de la société civile et les acteurs politiques opposés au troisième mandat, les décisions étaient négociées. Malheureusement, nous ne pouvions pas le prouver ».

Réagir