Comment mettre fin à l’épidémie de sida en Afrique occidentale et centrale (Mme Winnie BYANYIMA)

L’épidémie de VIH/sida en Afrique occidentale et centrale est une urgence permanente. Les premiers gains obtenus contre le VIH dans cette région ne se sont pas traduits par les mêmes progrès durables qui ont pu être réalisés dans d’autres parties de l’Afrique subsaharienne.

L’année dernière, la région a enregistré 150 000 décès liés au sida et 200 000 personnes ont été nouvellement infectées par le VIH. Chaque semaine, plus de 1000 adolescentes et jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans sont infectées par le VIH dans la région. 1,2 million de personnes en Afrique occidentale et centrale attendent toujours pour débuter leur traitement pour le VIH qui leur sauveront la vie. Seuls 35% des enfants vivant avec le VIH en Afrique occidentale et centrale reçoivent un traitement.

L’épidémie de VIH/sida en Afrique occidentale et centrale est une urgence permanente. Les premiers gains obtenus contre le VIH dans cette région ne se sont pas traduits par les mêmes progrès durables qui ont pu être réalisés dans d’autres parties de l’Afrique subsaharienne.

L’année dernière, la région a enregistré 150 000 décès liés au sida et 200 000 personnes ont été nouvellement infectées par le VIH. Chaque semaine, plus de 1000 adolescentes et jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans sont infectées par le VIH dans la région. 1,2 million de personnes en Afrique occidentale et centrale attendent toujours pour débuter leur traitement pour le VIH qui leur sauveront la vie. Seuls 35% des enfants vivant avec le VIH en Afrique occidentale et centrale reçoivent un traitement.

Or la crise de la COVID-19 a entravé les services et exacerbé les inégalités qui alimentent l’épidémie de VIH. Si nous n’agissons pas maintenant, non seulement de nombreuses autres vies seront perdues, mais contenir la pandémie de sida sera plus difficile et plus coûteux dans les années à venir.

Mettre fin au sida est possible : il existe un ensemble d’approches qui ont prouvé leur efficacité, y compris dans des contextes difficiles.

Du leadership du Cap Vert sur l’élimination de la transmission verticale du VIH, à la décision du Cameroun, l’année dernière, de supprimer les frais d’utilisation pour tous les services liés au VIH dans les établissements de santé publique et les sites communautaires agréés, les exemples qui éclairent la voie sont déjà là. En alignant les politiques publiques ce qui est prouvé d’avoir réussi, nous pouvons mettre fin au sida comme nous l’avons promis.

Les pays et les communautés tirent déjà parti de l’expérience et de l’expertise de la réponse au sida pour réduire l’impact de la COVID-19 dans toute la région. De la Côte d’Ivoire à la Guinée en passant par le Sénégal, les autorités de santé publique, les organisations internationales, les acteurs de la société civile et les communautés de personnes vivant avec et affectées par le VIH ont travaillé ensemble pour s’assurer que les personnes vivant avec le VIH continuent de recevoir leurs médicaments, pour fournir des services de soins et de prévention de manière sûre et innovante, pour livrer de la nourriture aux personnes qui ont perdu leurs revenus en raison du verrouillage, pour transmettre des messages sur l’importance de l’hygiène et de la distanciation sociale pour rester en bonne santé, et pour dissiper les mythes qui alimentent la stigmatisation et la discrimination et affaiblissent les messages de santé publique.

Cet esprit de coopération et de partenariat est essentiel pour renforcer les réponses aux pandémies.

Cette semaine, à l’invitation du Président du Sénégal, Macky Sall, l’ONUSIDA et l’Institut de la société civile pour le VIH et la santé en Afrique occidentale et centrale organisent un sommet à Dakar, sur la manière de combler les lacunes de la riposte au VIH dans la région et de renforcer la préparation à la pandémie.

Voici trois des mesures audacieuses que nous devons prendre.

Premièrement, embrasser et habiliter les communautés pour qu’elles soient au centre de la planification et des services.

Les communautés connaissent la situation sur le terrain – il faut leur donner les ressources et l’espace nécessaires pour diriger. Les pays doivent garantir un environnement qui habilitent les communautés pour qu’elles soient impliquées dans la fourniture de services en tant que partie intégrante de la réponse de santé publique, qu’elles soient impliquées en tant que co-planificateurs, qu’elles puissent mettre en avant leurs expériences et leurs préoccupations, et qu’elles puissent jouer leur rôle essentiel en assurant la responsabilité.

Les pays doivent lever les obstacles juridiques, politiques et programmatiques qui freinent cette évolution, et augmenter le soutien financier pour libérer la contribution incomparable des communautés.

Deuxièmement, augmenter les investissements.

Les pays doivent augmenter l’échelle des prestations en matière de prévention, de dépistage et de traitement, et éliminer tous les obstacles financiers afin de garantir un accès universel aux services.

L’engagement d’Abuja d’investir 15% des budgets gouvernementaux dans la santé publique doit être respecté. Les engagements conjoints pris par les ministres de la santé et des finances lors de la Réunion des Dirigeants Africains d’augmenter les recettes nationales consacrées à la santé doivent être respectés.

Les bailleurs de fonds internationaux doivent eux aussi intensifier leur soutien, alors que nous traversons la pire crise depuis des décennies. Pour créer l’espace fiscal nécessaire, il faudra annuler la dette afin de soutenir les gouvernements qui augmentent les investissements pour la santé et s’attaquent aux moteurs sociaux du VIH et du risque de pandémie.

Une action internationale visant à prévenir une concurrence fiscale nuisible et les flux financiers illicites est également essentielle. Il est difficile d’avancer vers une fiscalité équitable et progressive, et d’augmenter les recettes, lorsque les grandes entreprises et les particuliers fortunés ont systématiquement la possibilité, au niveau international, d’échapper aux impôts que le citoyen ordinaire doit payer, et qui sont essentiels pour la santé, l’éducation, la protection sociale et l’investissement économique.

Troisièmement, s’attaquer aux inégalités qui alimentent l’épidémie.

La COVID-19 a une fois de plus montré au monde comment les épidémies prospèrent grâce aux inégalités entre les pays et à l’intérieur même des pays. La nouvelle stratégie de l’ONUSIDA adoptée plus tôt cette année place la lutte contre les inégalités au centre de la mission visant à mettre fin au sida.

Les inégalités sont le moteur du VIH. Les groupes de personnes vulnérables représentent 44% des nouvelles infections en Afrique occidentale et centrale. Leurs partenaires représentent 27% supplémentaires.

La stratégie de la CEDEAO pour le VIH, la tuberculose, les hépatites B et C et la santé et les droits sexuels et reproductifs des populations clés le dit si bien :

« la protection des droits de l’homme pour tous les membres de chaque population clé est cruciale pour le succès. Les lois discriminatoires ou créant des obstacles doivent être réformées, afin de garantir que les populations clés soient exemptes de stigmatisation, de discrimination et de violence et que leur vulnérabilité au VIH soit réduite. »

L’inégalité entre les genres est également un moteur du VIH : Parmi les nouvelles infections au VIH chez les jeunes en Afrique du centre et de l’ouest, près des trois quarts concernent des adolescentes et des jeunes femmes. L’enjeu est le pouvoir.

Les recherches montrent que le fait de veiller à ce que les filles terminent leur éducation secondaire réduit de moitié leur risque de contracter le VIH, et que le fait de combiner cela avec un ensemble de services et de droits pour l’autonomisation des filles réduit encore plus leur risque.

L’initiative Education Plus, coorganisée par l’UNICEF, l’UNESCO, l’UNFPA, l’ONU Femmes et l’ONUSIDA, avec des gouvernements, la société civile et des partenaires internationaux, contribue à accélérer les actions et les investissements nécessaires pour que chaque fille africaine soit scolarisée, en sécurité et forte.

Ce que nous devons faire pour mettre fin au sida est aussi ce que nous devons faire pour permettre à l’Afrique de se lever.

Les gouvernements, les organisations internationales, les scientifiques, les chercheurs, les organisations dirigées par les communautés et les acteurs de la société civile ne peuvent pas réussir seuls ; mais ensemble, ils peuvent créer un partenariat imbattable et une force imparable pour mettre fin au sida en tant que menace pour la santé publique d’ici 2030.

 

Winnie Byanyima

Directrice Exécutive de l’ONUSIDA

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com