5 décembre 2013-5 décembre 2021, 8 ans après sa disparution, qu’est-ce que Mandela dans une Afrique du Sud qui se cherche entre pandémies et corruption de ses responsables ?

Par Aissata Keita

Prix Nobel de la Paix, jour pour il fait aujourd’hui huit (8) ans depuis la disparution de Nelson Mandela (Madiba). C’était bien le 5 décembre 2013 que cette grande figure mondiale s’est éteint. Père de la démocratie sud-africaine, Nelson Mandela nous quittait à l’âge de 95 ans, depuis son domicile de Johannesburg. Cette figure qui fût militante anti-apartheid, prisonnière politique, prix Nobel de la paix et premier président d’Afrique du Sud post-apartheid, reste encore aujourd’hui une icône non seulement dans son pays, mais aussi dans la planète toute entière.

Mais malgré sa grandeur saluée dans le monde entier, il y a à deplorer du fait qu’au qu’un de ses 17 petits enfants n’a su incarner sa personnalité. Ce qui d’ailleurs fait que tout ses héritiers se sont taillé chacun en ce qui le concerne un chemin différent du grand Madiba. Ajouté à cela, la perte de popularité de sa famille politique qui est l’ANC qui est à ce jour est minée par plusieurs cas de corruption et de mauvaise gestion des ressources de l’Etat. Ce qui d’ailleur à valu à l’ANC de perdre la mairie de Johanesburg.

L’espoir pouvait-être fondé sur Zindi Mandela, mais qui malheureusement est décédée en 2020. En suite Mandla, un de ses petits fils qui député de l’ANC. Face à tout cela, faut-il vraiment conclure que Madiba a échoué dans sa rélève? Zindi Mandela pouvait bien être un l’icône, mais hélas!

A ce jour, il faut noter que les petits-enfants de Madiba sont beaucoup plus  tournés vers l’humanitaire, la littérature ou encore l’entrepreneuriat au lieu et place de leur grand-père Mandela. C’est le cas de Tukwini qui a fondé « La Maison Mandela » avec sa mère, en 2010. Une boutique art de vivre qui vend du vin, des bijoux ou des vêtements et qui veut raconter l’histoire d’un clan plutôt que d’un individu, détaille Tukwini.

« On voulait d’abord rendre hommage à nos ancêtres. Puis nous voulions raconter la vraie histoire de la Maison Mandela, mais les gens ont l’air de croire que mon grand-père est tombé du ciel comme l’un de ces dieux mythologiques, ce qu’il n’est pas », souligne-t-il.

Aujourd’hui, la famille est plutôt discrète. Passé l’événement de la mort de Nelson Mandela, en 2013, et les querelles d’héritages qui ont suivi, chacun poursuit désormais sa voie sans essayer de marcher dans les pas de ce géant.

Avec toutes ces pendamies, surtout l’apparition de la variante Omicron, l’on se demande bien de savoir, si les sud-africains se souviendront de Mandela pour le célèbrer.

Dors en paix papa Madiba.

Réagir