Ousmane Gnelloy bénéficie d’une liberté provisoire, mais reste pour le moment à la maison centrale de Conakry

Poursuivi pour des faits « d’injures publiques et de menace de mort réitérée », à la requête de Kadiatou Biro Diallo et condamné 2 ans d’emprisonnement ferme,  Ousmane Gnelloy Diallo, a bénéficié  ce jour 21 mars d’une remise en liberté provisoire, devant la cour d’appel de Conakry. Un arrêt qui fait suite à une demande de mise en liberté introduit par ses avocats.

Il a toute fois été soumis à certaines conditions de restrictions.

Interdiction d’héberger le réseau social Facebook pour une durée de cinq ans;

interdiction de faire des communications numériques durant cinq ans.

A rappeler qu’il doit juridiquement poursuivre sa détention à la maison centrale de Conakry, en ce sens qu’il a été condamné en première instance à 15 mois de prison ferme pour des faits d’injures publiques et de diffamation au préjudice de la famille de Cellou Dalein Diallo, leader et président de l’UFDG.

Réagir