« Ce n’est pas parce qu’on a un fusil …et qu’on a pris le pouvoir qu’on doit se permettre tout » Cellou Baldé

« Ce n’est pas parce qu’on a un fusil …et qu’on a pris le pouvoir qu’on doit se permettre tout »Cellou Baldé à Doumbouy

Cellou Baldé, responsable des fédérations de l’union des forces démocratiques de Guinée ( UFDG), ne digère pas le dernier discours du Colonel Mamadi Doumbouya. Le président de la transition, avait déclaré qu’il ne reculera devant personne et il va faire le sale boulot.

Pour Cellou Baldé, le discours du colonel, « je crois qu’on n’en a pas besoin. L’expérience douloureuse de ces 11 dernières années nous a prouvé que ce n’est pas dans l’arrogance qu’on peut régler les problèmes du pays. Nous avions eu foi aux nobles ambitions du colonel après le 5 septembre quand il a invoqué les motivations qui avaient poussé le Cnrd à prendre le pouvoir ».

Cette foi ne colle plus à l’actualité estime Cellou Baldé. « Aujourd’hui, nous avons une toute autre visibilité qui contraste réellement avec ces motivations qui avaient été invoquées. Nous avons suivi les Moussa Keita dans ce pays qui disait « Dadis ou la mort ». Nous avons suivi Alpha Condé et Kassory Fofana qui disaient qu’ils ne reculeront devant rien et qu’ils préfèrent l’ordre a la loi. Je crois que si l’ambition du Cnrd c’est de travailler pour un retour à l’ordre constitutionnel, il n’y a pas de sale boulot à faire pourvu que ça soit dans l’intérêt supérieur de la nation. Ce n’est pas parce qu’on a un fusil et la baïonnette et qu’on a pris le pouvoir qu’on doit se permettre tout », a prévenu le coordinateur des fédérations de l’Ufdg a l’intérieur du pays.

« Pour nous, c’est un dialogue politique qui doit se tenir entre les acteurs politiques, mais également le Cnrd, la société civile et avec l’implication des partenaires techniques et financiers notamment le G5. Mais c’est quelque chose d’autre qui nous a été servi. Le Cnrd devrait prendre en compte nos suggestions et revendications pour que le cadre soit aménagé en fonction de desiderata de la classe politique qui doit compétir aux élections. Que le cadre soit lancé sans tenir compte de cela c’est une fuite en-avant qui continue. C’est la même chose pour les Assises nationales, la Charte de la transition. Souvenez vous qu’il y a une série des consultations au Palais du peuple et les différentes alliances avaient déposé des mémos qui n’ont pas été pris en compte. Les Assises imposées n’ont pas dérogé à la règle. Le Cadre de dialogue également soit dans cette logique de fuite en-avant. Nous comprenons que le Cnrd ne veut pas mobiliser l’ensemble des acteurs qui doivent travailler sur le contenu de cette transition », a ajouté l’ancien député Cellou Baldé.

Il conclut en disant que : « Nous avons l’expérience de dialogue dans ce pays. Mais dans ce tohu-bohu avec ces agendas cachés et une fuite en-avant, on ne peut pas produire quelque chose de consistant. Nous estimons que le Cnrd reviendra à la raison. Quand vous prenez l’Ufdg, l’Ufr et le Rpg Arc-en-ciel ce sont des formations politiques qui constituent plus de 90% de l’électorat dans notre pays ».

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com