Guinée : une classe politique ne peut pas être l’adversaire d’une autorité de transition

Depuis le 5 septembre 2021, les acteurs politiques sérieux ont montré une réelle volonté d’accompagner le processus de la transition dans l’intérêt de la Guinée et non celui de quelques individus qui se croient suffisamment rusés.

En fait, cette volonté s’est traduite par des mémorandums adressés au CNRD et qui contiennent des propositions concrètes pour un retour à l’ordre constitutionnel. À ce jour, aucune annotation n’a été faite par les autorités de la transition en retour de ces documents.

La classe politique a également répondu aux différentes invitations du ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation pour exprimer sa disponibilité pour un dialogue franc dans un cadre constructif. Malheureusement toutes ces rencontres n’ont servi qu’à la diversion et la manipulation.

Alors pourquoi le CNRD et le gouvernement ne veulent pas avoir en face les acteurs politiques représentatifs avec la présence d’un médiateur international, des acteurs crédibles de la société civile et des partenaires techniques et financiers du G5 ?

C’est probablement pour éviter de démasquer son éventuel agenda caché. Sinon toutes ces acrobaties n’auraient pas été nécessaires surtout de la part de ceux qui disent publiquement ne pas avoir de candidats et ne sont pas candidats aux prochaines consultations électorales.

Logiquement une classe politique ne peut pas être l’adversaire d’une autorité de transition, si celle-ci est vraiment impartiale et désintéressée par l’idée de confisquer le pouvoir.

Aliou BAH
#MoDeL

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com